Home!

Placer mon pays plus haut que tout.

Je ne parle pas de la nation, mais bien de la terre qui m’a nourri, de ses saveurs et de ses fruits, de ses vallées, de son histoire, qui sont mon sang.

Placer mon pays plus haut que tout et le défendre, non par la guerre qui le détruit, mais par l’amour de ce qu’il est et le bonheur d’en faire partie.

Placer mon pays plus haut que ma famille même, sans lequel elle ne serait que gènes égoïstes, petit clan défendant quelque intérêt de se savoir ensemble.

Y mourir surtout. Et nulle part ailleurs.

Ne laisser nulle autre terre reprendre le corps qu’il m’a donné.

 

Ecrit lors de mon exil au Mexique….

I have a dream…

I dream that money could actually belong to the people who earn it.

I dream that wealth would not depend on previous wealth.

I dream that no one, not even those in power, could set the rules for owning it.

 

I dream of a world in which surviving would not be at the loss of freedom.

I dream of a free trade not controlled by the interests of a one percent.

I dream of an open world in which capitalism would be a platform for democracy.

 

I dream of a revolution in the way we think about ownership.

About the world we live in

TRUISMS

Capitalism is a good idea: the private ownership of the means of production is the most secure way of guaranteeing that everyone will do the utmost to make whatever he owns as efficient as possible, hence creating wealth for the benefit of all. All other systems have failed dramatically and History shows that any control or ownership of the economy by the state, often referred to as communism or dictatorship, has resulted in total failure; to the extent that the very same people who made the experience of it, such as Russia, China or Germany, to name but a few, are often the ones to now indulge in the most conspicuous forms of capitalism.

Capitalism relies on free trade: if and as soon as ownership of the means of production is attributed to those who should never have been deprived of it, the people, it is essential that they may trade freely between them in the most efficient manner, relying on fair deals more than on legal barricades, on mutual trust more than on protective regulations. The « mutual sentiment » described by Adam Smith in his Theory of Moral Sentiment is the foundation of free trade, and indeed of capitalism. It may well be that the « Invisible Hand » described by Adam Smith in his Wealth of Nations solely results from the mutual sentiment described in his former work.

Free trade implies freedom: a free market economy, by definition, cannot be controlled by a few, especially if the few in question have a private interest in controlling it in a way that may produce advantages for themselves, or their tribe. No new regulation should therefore be issued by those who could take a private interest in the passing of said new regulation. The 2008 financial collapse is a perfect example of decisions taken for the benefit of some against the interests of the very same people they had deprived of everything.

Money gives power: whether we like it or not, it is better to be rich if you want to make the wind blow in the direction you wish it would blow. The mechanism is called « corruption », and it is a very efficient mechanism indeed: it works very well in capitalism, but just as well in the case of communism or dictatorship. Lobbies need money to provide it to their supports, including heads of states, or to finance their coming to power, and capitalism is therefore an ideal tool to create the platform on which private interests may lead the economy; hence contradicting the very same precept that we have exposed on our second paragraph;

Money has become virtual: created as a tool for trading, and then based on the actual value that anyone would attribute to a given good, it has now become mere figures that are exchanged on the Internet at a rate of a few million operations per second. Those who control said operations are the very same people who own the highest percentage of the volumes of the cash at stake. This may sound like a moral and logical approach, were it not for the fact that they now also control the wealth of millions of people with no control over the system.

Material resources are limited: we most probably live in a world in which tipping points have been reached on many of our most fundamental resources. Though it is more than likely that we shall find handy solutions to compensate for our past excesses, it remains that most of the riches of today have been built on stuff we are running out of. It may well be that the « people in power », who are no fools, are starting to understand that their wealth is built on dying supplies and based on virtual reality. They control the latter, but can only set back the former, and only for a limited amount of time, by expanding their empire through control of those that possess what they need. A control that one can indeed call theft.

PROPOSITIONS

Free trade comes in conflict with capitalism, and vice versa: capitalism as it stands puts the control of wealth in the hands of people who already own the power of their wealth. Trade is not free, therefore, as it-is subdued by the interests of a very few. Any defence of « free trade » that does not immediately suggest the idea of « fair trade » should therefore be opposed and fought against with the most virulent hostility. A good deal is a deal that fits both parties, all other deals forming the causes of wars, a fundamental of diplomacy that Winston Churchill understood to the last word.

No infinitely free trade can be based on limited resources: as soon as private interests are involved, and if the pie is limited, some will want to get a bigger share of the pie. This is strictly logical, arises from the fact that your son or daughter is more important than your neighbour, and that your neighbour is more important than an unknown foreigner; a fact that cannot be disclaimed by the most enthusiastic defender of globalisation; a fact probably at the source of our very own survival as a human species for hundreds of thousands of years. Free trade promotes the interests of an ever fewer number of individuals against everyone else whenever the supplies are limited and therefore kills the very idea of capitalism as soon as capitalism is owned by just a very few.

Virtual resources may be part of the solution: the advent of virtual resources such as those available on the Internet, be it on the matter of cultural resources or indeed of services or financial resources, with the appearance of virtual currencies, among others, may well form a platform from which everyone will become a direct stakeholder of his own wealth. The Bitcoin experience is a good example of what may be happening in the future: a total control of one’s own money, without consideration for the interest of the « one percent », and without it having any control over it.

CONCLUSION

Capitalism needs to remain free. It cannot remain free if it is « owned ». Deregulation is necessary, but cannot, and should not, be « regulated » by the interests of a very few. Democracy can only survive if the rules of the game are defined by the many. The mission of the next generation is to become Greek.

Good luck !

Sur le burkini, c’est décidé, je me mets à nu.

Depuis quelques jours, j’hésite : écrire  ou ne pas écrire sur le burkini ? Donner mon opinion et participer au débat ? Ou me contenter de constater que le débat est devenu fou ? Qu’il n’y a plus de débat, juste un combat entre des idées qui ont perdu leur sens. Et puis je me décide, comme ça, seulement parce qu’il fait chaud aujourd’hui à Paris et que je n’ai le courage de rien faire qui soit plus nécessaire.

Ce sera un peu long, je m’en excuse.

Commençons par un petit florilège des arguments lus ou entendus, que j’énonce volontairement comme ils me viennent, suivis d’une courte réflexion pour chacun d’eux :

- Défense de la liberté individuelle, que l’on peut résumer comme suit : tout individu doit pouvoir se promener dans la tenue qu’il entend, tant qu’il ne nuit pas au bon sens de la pudeur la plus élémentaire.

Elément de réponse : « La liberté commence là où s’arrête celle d’autrui », effectivement. Et l’on peut se demander en quoi le port du burkini pourrait gêner la liberté de celles qui se pavanent, seins nus et fiers, sur les plages bondées du sud de la France, sans ignorer que quelques malotrus ne manqueront pas de les lorgner, mais qui s’en fichent comme d’une guigne.

Conclusion personnelle et provisoire : j’aurais donc tendance à verser cet argument au crédit de ceux qui veulent autoriser le burkini et me dit qu’après tout, si l’on préfère s’affubler d’un drap peu esthétique plutôt que de l’un de ces charmants maillots de bains que les stylistes nous concoctent chaque année, seul le bon goût devrait s’en attrister. Ne se pose donc ici que la question suivante : les femmes qui portent le burkini l’entendent-elles comme un choix personnel ? Si oui, il faut le leur permettre.

- Défense de la liberté des femmes : la femme doit pouvoir préserver sa pudeur du regard concupiscent des phallocrates et puis s’en prémunir.

Elément de réponse : chaque femme doit en effet être libre de préserver sa pudeur ; cela va de soi. Mais l’on a vu si souvent ce chapitre de l’histoire de la mode contrôlé par les hommes, et plus particulièrement par les religions, que j’émettrai toujours un doute quant à la spontanéité du choix des femmes de se couvrir de pied en cap. Leurs témoignages me convainquent plus lorsqu’il s’agit de brûler spontanément leurs burkas dès le départ des fous barbus que lorsqu’il s’exprime dans les « territoires perdus de la République ».

Conclusion personnelle et provisoire : cette liberté de se couvrir me parait bien factice et je ne peut la penser que dans son contexte religieux. Or on n’a jamais vu la religion se porter au secours de la liberté féminine. Je doute qui plus est que l’Islam soit la première religion à tenter cette percée significative vers un peu plus de liberté.

- Défense de la laïcité : toute représentation ostentatoire de la religion doit être bannie d’une république laïque basée sur la séparation de l’église et de l’état.

Elément de réponse : on semble confondre ici deux idées bien différentes. La séparation de l’église et de l’état, de plus en plus battue en brèche par nos chers élus (qui désirent sans doute et avant tout ne perdre aucune voie confessionnelle) régit les rapports entre deux institutions, ou plutôt justement, en limite les rapports. La laïcité me semble être toute différente, qui régit le rapport entre l’état et les individus : l’état ne doit pas intervenir dans la religion du citoyen. En termes stricts de laïcité, il semblerait donc que l’état ne peut intervenir pour régir une tenue vestimentaire dictée par un sentiment religieux.

Conclusion personnelle et provisoire : le principe de non-ingérence de l’état dans les affaires religieuses paraît essentiel à la plupart de nos sociétés modernes, ce qui constitue sans doute un progrès, qu’il convient de défendre. L’état ne devrait donc pas légiférer sur ce point.

- Refus de l’islamophobie : s’en prendre une nouvelle fois à « ceux qui se mettent en paix et se soumettent » constitue un pas de plus vers l’islamophobie et donc vers le racisme. La richesse de la France tient en sa diversité et nous devons respecter la « différence ».

Elément de réponse : cette confusion entre islamophobie et racisme est la plus absurde de toutes les confusions. La religion n’est pas une race, un point c’est tout. On ne peut s’opposer à l’identité absolument sacrée de l’individu, d’où qu’il vienne, mais on peut en revanche combattre ses idées, et les juger peu compatibles avec celles qui nous définissent.

Conclusion personnelle et provisoire : douter que l’islam puisse enrichir nos sociétés est, depuis al Ghazali, du domaine du bon sens. La grande promesse intellectuelle des débuts de l’Islam est bel et bien révolue et ses mutations récentes viennent à l’encontre de notre lente marche vers un peu moins d’obscurité. Il convient en revanche de lutter toutes griffes tendues contre ceux qui voudraient qu’une couleur de peau ou les traits du faciès définissent quoi que ce soit des qualités d’autrui. Une critique de l’Islam (démarche intellectuelle) ne saurait donc constituer un acte de racisme (démarche de simple haine).

- Rappels d’autres temps : certains rappellent que nos femmes se couvraient sur nos plages il y a moins d’un siècle et s’amusent de voir des nonnes portant cornettes et scapulettes s’ébattre dans les vagues. Pourquoi permettre aux unes ce que l’on interdit aux autres ?

 

14021556_1215842591781033_4046867936194014375_n

Elément de réponse : il s’agit d’autres temps en effet. Autres temps qui sont devenus habitude dans le cas des religieuses de nos belles campagnes. Nous les jugeons bien ridicules, mais n’y voyons aucune ostentation. Quant à nos femmes du début du 20ème siècle, elles se sont découvertes depuis pour profiter plus librement des rayons du soleil, ce qui fait la fortune de nos cosméticiens et le bonheur de certains mâles.

Conclusion personnelle et provisoire : le rappel du passé n’est pas un argument, surtout lorsque l’on a su se libérer dudit passé. L’évolution de nos sociétés est une longue errance vers un peu plus de liberté, d’égalité et de fraternité. Ne prenons pas nos erreurs comme argument mais plutôt nos progrès, arrêtons de nous flageller pour les méprises de nos ancêtres et félicitons-les au contraire pour toutes les rectifications qu’ils ont apportées à leurs discours et à leurs actes.

- Le burkini est anodin : Il ne s’agit après tout que d’une façon de s’habiller et l’on ne voit pas pourquoi il faudrait en débattre. N’en parlons plus disent certains, ce n’est pas un sujet. Et d’autres d’envisager que ceci ne constitue qu’une tentative de plus de nos gouvernements pour nous éloigner des « vrais problèmes ».

Elément de réponse : mais quels sont-ils, ces vrais problèmes ? Si ce n’est justement la question de qui nous sommes, de ce que nous voulons. Du travail bien sûr, pour survivre en un monde qui nous dépasse de plus en plus. Mais aussi, et de plus en plus, une « identité ». D’où le succès d’un certain parti d’extrême droite.

Conclusion personnelle et provisoire : si le burkini est identitaire, communautaire, il n’est pas anodin. Il ne peut avoir sa place dans notre république. Les anglo-saxons peuvent bien l’accepter et le défendre, mais ils sont anglo-saxons…

- Défense de la pudeur de certaines : après tout, si certaines femmes estiment qu’elles se sentent plus à l’aise lorsqu’elles sont préservées des regards de quelque mâle prédateur et lubrique, on  peut bien les comprendre.

Elément de réponse : Que faut-il corriger ? La nudité des femmes ou la concupiscence des hommes ? Ne serait-il pas plus juste que les hommes arrêtent de scruter de leurs regards baveux la moindre forme féminine plutôt que d’exiger que ces formes, naturelles, se cachent à leur salacité ?

Conclusion personnelle et provisoire : Mesdames, vous aviez acquis cette liberté de vous libérer de nos regards. Ne la perdez pas … vous êtes si jolies.

- Le burkini n’est pas une prescription coranique : c’est vrai. Et alors ? Faut-il le réserver à quelque Islam moderne et dévoyé ? N’y voir que la manifestation des démences de quelques fous d’Allah ? Et dans ce cas, ne faudrait-il pas s’y opposer ?

Elément de réponse : Créé au début des années 2000 par une australienne d’origine libanaise, Aheda Zanetti, le burkini est une marque déposée. Les salafistes le considèrent comme impudique et le rejettent donc.

Conclusion personnelle et provisoire : si le burkini n’est pas une prescription coranique et si les salafistes le rejettent, il se pourrait qu’il ne s’agisse que d’un succès commercial (Aheda Zanetti affirme en avoir vendu plus de 500 000 !). Il convient dès lors de se poser la question de la nature de son argument commercial, et du succès de ce message. Et non, la réponse de la défense contre les dégâts du soleil ne me semble pas très convaincante, ni, on vient de le voir, celui de la pudeur. Le succès du message viendrait-il donc d’une quelconque pression d’une communauté bien définie ?

- Les femmes qui se voilent le font de leur plein gré : il s’agit d’une décision personnelle des femmes concernées, ne les fustigeons pas, quelques soient leurs raisons.

Elément de réponse : il est bien connu que les femmes sont libres de tous leur choix dans les terres d’Islam…

Conclusion personnelle et provisoire : de qui se moque-t-on lorsque l’on affirme que les femmes voilées le font très librement ? Au mieux s’agit-il pour elle d’un repli identitaire. Et ce repli pourrait bien être dicté par leurs frères. C’est du moins ce que nous disent les femmes qui brûlent leur burkas au Kurdistan et dans chaque région libérés des déments.

- Ce n’est pas le moment ! : Etant donnée la succession d’attentats commis en France depuis quelques mois, sans doute conviendrait-il que ces dames soient un plus discrètes quant à certains de leurs messages.

Elément de réponse : il est vrai qu’une grande partie de la population française, même si elle réagit plutôt paisiblement à la pression que lui imposent quelques déséquilibrés fanatiques sous prétextes coraniques, a le droit d’être lassée de certains desdits messages.

Conclusion personnelle et provisoire : si la stratégie des islamistes consiste à nous élever contre leurs délires, ils pourraient bien y parvenir. Sans doute sortent-ils aujourd’hui de leur concept de taqiya (prudence, dissimulation stratégique) parce qu’ils nous sentent faibles. Dans ce cas, il convient de nous montrer fort et de les taire, si et à chaque fois que nous ressentons qu’ils dépassent les bornes. Sinon, ils les dépasseront vraiment.

- Il s’agit d’une rébellion contre l’état français : une étude citée dans le Washinton Post du 24 août indique que de nombreuses femmes porteraient le voile pour indiquer leur rébellion contre l’état français. On me dit également que les ventes de burkini ont triplé depuis le début de ce débat.

Elément de réponse : le même Washington Post cite un dénommé Rachid Nekkaz qui aurait payé plus de 245 000 euros d’amende pour les femmes verbalisées au titre du niqab. Je ne doute pas qu’il s’agisse d’un grand défenseur de la liberté féminine…

Conclusion personnelle et provisoire : se rebeller contre l’état est une réaction bien française, inscrite dans nos gènes, l’une de nos fiertés. Mais il ne s’agit pas ici d’une rébellion contre l’état, il s’agit plutôt d’une rébellion contre les valeurs défendues par les citoyens français, quelle que soit leur origine. Comment ne pas comprendre que certains de ces citoyens s’en offusquent ?

Fort de ces réflexions, je me porte rapidement sur l’évolution du burkini en France. Le ministère de l’intérieur estime que 2000 femmes se voilent actuellement en France (il s’agit des chiffres du niqab), une estimation que de nombreux spécialistes jugent trop haute. Quelque soit les chiffres, ils semblerait effectivement que le phénomène soit assez limité. S’il s’agissait réellement d’une prescription coranique, ne doutons pas un seul instant que le nombre serait plus élevé. Je ne m’en offusquerais d’ailleurs pas trop, fidèle au principe que chacun peut choisir sa religion dans notre république et qu’après tout, ça les regarde. S’il s’agit d’un rejet de notre culture, je deviens un peu moins compréhensif : le respect, tout comme la liberté, doit être partagé et j’aimerais pouvoir ne pas aimer l’Islam sans pour autant me poser la question de mon amitié pour la culture arabe. S’il s’agit d’un choix des femmes qui le portent, je le trouve très laid, tout comme les scapulettes. S’il ne s’agit pas d’un choix, il ne faut pas accepter que des hommes puissent, chez nous, traiter leurs femmes de cette façon.

Conclusion personnelle, et presque définitive cette fois :

Je me trouvais récemment dans un restaurant avec un vieil ami qui tenait depuis quelque temps à me voir m’exprimer sur l’interdiction du burkini sur les plages de Cannes. Sachant que mon discours, quel qu’il soit, pouvait mener à un conflit qu’il recherchait (l’ami en question n’aimant rien plus que vaincre, dusse-t-il dans ce but redéfinir sans cesse chacun des termes de son argumentation afin de mieux tromper son adversaire), je tentais l’esquive en expliquant que, dans le cadre de Cannes, suite aux événements de Nice, dans le contexte du débat actuel sur l’islam, et prenant en considération l’élément de la liberté des femmes, je pouvais peut-être concevoir le raisonnement du maire de Cannes et ne me joindrai donc pas à l’hallali contre sa décision. Lâche jusqu’au bout, j’allais expliquer qu’il me fallait cependant un peu plus de temps pour établir mon jugement sur ce point et que je n’hésiterai donc pas à critiquer la position de monsieur David Lisnard si mes conclusions …

Il ne m’en laissât pas le temps.

Immédiatement rangé dans le clan des « racistes » et des « bigots » (je le cite), toute argumentation supplémentaire de ma part serait jugée à juste titre (du moins dans l’esprit de mon adversaire soudain), comme irrecevable car provenant d’un suppôt du fascisme et sans doute du diable. Spécialiste momentané de l’islam (il lit Le Monde) mon ami me fustigeait sur mon incompréhension totale du monde arabe (j’y ai vécu douze ans) et me sommait de réviser mes connaissances sur le Coran (que je peux encore lire en arabe, bien que plus lentement qu’il y a 15 ans).

J’avoue que j’ai perdu un ami ce soir là et je suis donc sorti du restaurant. Je risque aujourd’hui d’en perdre d’autres en proposant les conclusions suivantes :

-       Je ne dois pas pouvoir juger autrui en raison de sa foi, mais le dénommé « autrui » ne peut me l’imposer dans son discours ou dans ses actes.

-       Les siècles douloureux de mon Histoire sont des souillures dont mes ancêtres on su se libérer progressivement, et je les respecte et les remercie pour ce qu’ils en ont fait.

-       Le corps de la femme est sacré, tel celui de l’homme, et aucune religion abrahamique ne l’a jamais considéré autrement que comme l’instrument du péché.

-       On ne peut à la fois défendre la liberté des femmes et accepter que certains exigent qu’elles se couvrent de draps.

-       L’islam n’est une religion de tolérance que dans le contexte de la taqiya (la prudence), son but déclaré est bel et bien de convertir le monde.

-       J’emmerde ceux qui jouent aux Chamberlain comme j’emmerde ceux qui ont créé l’insondable banqueroute d’une région du monde qui n’en demandait pas tant pour son pétrole. J’emmerde enfin tous les barbus qui se la pète (littéralement) chez nous et puis ailleurs.

Oserais-je citer Manuel Valls, interviewé dans La Provence du 17 août dernier ?  » le burkini n’est pas une nouvelle gamme de maillots de bains, une mode, c’est la traduction d’un projet politique, d’une contre société, fondée notamment sur l’asservissement de la femme ». Une fois n’est pas coutume, je pense qu’il a raison.

Alors, esprit de Churchill ou bien de Chamberlain ? Faut-il se taire, accepter, se coucher, laisser faire, ce qui revient à accepter toutes les provocations d’une idéologie néfaste ? Ou faut-il plutôt se rendre aux barricades et nous défendre contre l’envahisseur, pourchasser l’ennemi ? Dans les deux cas, les extrémistes auront gagné. Mais si nous choisissons de nous taire aujourd’hui, demain, nous serons bien aux barricades. Si nous acceptons tout et n’importe quoi maintenant, les rats de la haine nous dévoreront bientôt.

Non, la France n’est pas devenue hystérique, elle ne fait que réagir comme elle le fait depuis longtemps : en réfléchissant (un peu), en râlant (beaucoup) et en retournant prendre un pastis avec les copains (ou une limonade si les copains sont musulmans). Je la trouve même sereine face aux quelques désastres qu’elle vient de vivre et les rues de Paris semblent heureuses en ces journées de canicule. Oui, nous devons pouvoir discuter du burkini, librement, être pour, être contre, et pour toutes sortes de raisons ; tant que l’un d’entre nous n’est pas traité par l’autre de raciste bigot, de fasciste islamophobe ou d’islamo-gauchiste. C’est dans ce premier discours que la haine commence et ce discours est terrible en ce qu’il évite toute raison, qu’il détruit tout entendement.

Et si un jour les barricades se lèvent, je sais bien de quel côté, alors, je me rangerai : celui des femmes libres et du monde serein dans lequel elles purent vivre pendant quelques années, depuis la nuit des temps, années que j’ai connues.

 

Réponse à un commentaire sur Facebook…

Je reviens sur ton commentaire, qui semble mettre sur un même plan le drame incontestable de deux sièges du FN perdus dans une tsunami rose, au sein du cocon doux de nos démocraties bourgeoises et pleines, avec la lutte pour une voix des peuples ; une lutte contre ces dictatures totalement corrompues que nous ne connaîtrons plus nous-mêmes avant longtemps (nonobstant le problème des religions ; quelles qu’elles soient), même si le FN obtenait plus de 10 sièges, indépendants ou réunis, dans une de nos nombreuses assemblées, municipales, locales, régionales, nationales ou européennes.

Je comprend ta fureur : le FN n’est pas beau et le monde, notre France y compris, vaut bien mieux que cela. Le laid ferait mieux de rester caché, mais le monde est ainsi fait je crois, qu’il a besoin de laid. Ou d’ennemis.

A choisir entre mes ennemis, je ne choisirai pas le FN : petite chose horrible mais sans conséquence, entièrement créée par ceux auxquels il croit s’opposer.

Oui, je préfère un peuple égyptien qui se lève contre la corruption d’un despote milliardaire, je préfère celui de la Syrie, de Bahreïn, de Tunisie, d’Algérie, de Libye, et de bien d’autres pays aujourd’hui, qui se soulèvent contre des tyrans visqueux à la solde de Monsanto, de Coca Cola ou de Morgan Stanley, aux petites problématiques parisiennes des peuples de droite ou de gauche.

Et pour ne pas rester entièrement arabe, je préfère me soucier de la souffrance actuelle de mes amis japonais que de savoir s’ils vont (enfin) interdire la troisième mosquée de Carpentras.

Oui, je préfère la lutte contre l’hégémonisme des grands aux luttes intestines de petites localités égoïstes.

Non, je ne déménagerai pas parce qu’un édile local prône d’incroyables bêtises sur des sujets qu’il ne connaît pas, mais qui rassemble des idiots sur leurs petits problèmes quotidiens.

Je ne déménagerai pas de cet endroit magnifique qu’est la Provence, où les hommes vous jugent non pas sur ce que vous êtes ou sur ce que vous pouvez leur apporter ou leur rapporter, mais pour votre simple capacité à être vous-même et à tirer profit de tout bonheur, fusse t-il passager.

L’année politique 2011, dans un domaine strictement politique, est certainement l’une des plus passionnantes qu’il m’ait été donné de vivre, internationalement, depuis 1968.

Ce n’est pas l’élection de deux crétins par des abrutis qui me fera changer ma vie. Leur élection n’a aucune importance comparée à ce qui se passe aujourd’hui dans le monde.

Dans un style qui a tout à envier au merveilleux Desproges…

Je considère avec un certain mépris tous ces shouyoukh et ces imams empoilés qui projettent leurs frustrations d’analphabètes sur leurs frayeurs métaphysiques pour proposer à de jeunes crétins par ailleurs obsédés par leur chaussures de marque d’aller se faire sauter le bas ventre au milieu d’une foule inerte et imbécile sous prétexte de vierges éternelles et totalement improbables mises à la disposition de leur libido d’handicapé dans un paradis dont l’ennui m’apparaît comme inhérent à la notion même d’un lieu dans lequel il faudrait résider pour des temps qui nanifient les temps géologiques.

Je considère avec un certain mépris tous ces curés tout empotés dans leurs certitudes minuscules et tristes et leur pseudo mépris des choses de la chair qui font ingurgiter à longueur de dimanche à des moutons aux regards de veaux des platitudes révérencieuses à faire sourire le plus tolérant des observateurs si elles ne cherchaient à justifier la perfection d’une histoire qu’un enfant de six ans proprement élevé ne saurait considérer que comme un mauvais conte remplis d’affreux méchants.

Je considère avec un certain mépris tous ces rabbins et leurs chapeaux bien trop petits récitant leurs six cent treize mitzvot à longueur de journée pour tenter de persuader leurs ouailles qu’ils sont bien membres du peuple élu d’un dieu que même le plus terrible des tyrans n’a jamais égalé et dont le ridicule ne peut échapper à quiconque en a parcouru les écrits souvent posthumes et certainement trop mal faits pour même espérer concourir à un prochain Goncourt, mais que chacun se doit de lire avec amour et révérence pour espérer s’asseoir un jour à côté de l’auteur.

Amen.

Profession de foi (2)

• Il n’y a pas de dieux
• Les dieux ne servent à rien
• Les dieux sont néfastes
• La foi est un mensonge
• La raison ne suffit pas
• Reste la vie
• La vie est une passion
• La mort n’existe pas

Introduction

Petit texte qui introduit le premier chapitre du petit essai déjà évoqué et qui attend vos critiques constructives. Il s’agit du chapitre qe j’ai nommé « Aube » et qui a pour ambition de décrire l’invention des dieux par l’homme. Par « constructives », j’entends aussi « acerbes ».

Il lui arrivait parfois, lors de la chasse, de s’arrêter quelques instants pour reprendre son souffle. La proie lui échapperait sans doute, mais il n’en pouvait plus de courir après cette foutue gazelle depuis des heures. Il faisait chaud, il avait soif. Et ce jour-là il s’assit donc sur un gros caillou qui surplombait le torrent qui traversait la forêt. Il ne l’avait jamais vraiment regardé, ce torrent, ni les arbres qui y baignaient leurs racines, ni les oiseaux qui venaient s’y baigner. Ils les avait vus, oui, des centaines de fois, mais regardé, jamais. Mais ce jour-là, et pour la première fois, il se sentit comme extérieur à tout ceci : non plus simple chasseur poursuivant son instinct, mais « individu », c’est à dire capable d’une existence hors de celle des autres êtres. Et donc capable d’observer ces autres êtres. Tous les êtres.

- Le caillou sur lequel je suis assis, l’araignée qui tisse sa toile sur cette branche, l’escargot qui bave sur son chemin, le vent qui souffle dans les herbes, l’herbe, et puis les arbres, et puis la carpe, dans l’eau, et puis le papillon, et puis, et puis…

Et puis lui : extérieur. Capable d’un regard, d’une observation, d’une compréhension…

D’une compréhension ? Pas si sûr. Et c’est bien ce qui nous amène ici : le fait que, depuis ce jour là, notre chasseur-cueilleur n’a toujours pas très bien compris ce qui lui est arrivé au moment où il s’est assis sur son caillou pour se reposer et qu’il s’est mis à regarder le torrent. Des siècles de philosophies, de métaphysiques, de sciences et même de religions l’ont à peine aidé à trouver une réponse à peu près satisfaisante à la question fondamentale qui lui est venue spontanément à ce moment-là, le cul sur son caillou :

- C’est quoi tout ça ?

Une simple question ontologique qui n’allait pas tarder à devenir vraiment métaphysique…

Parce que dès lors qu’il se posait la question du :

- C’est quoi tout ça ?

arriverait le moment où il se poserait la question du :

- C’est quoi, moi ?

« L’animal sait, mais il ne sait pas qu’il sait, disait Teilhard de Chardin, l’homme sait qu’il sait au point qu’il est devenu capable d’utiliser sa propre pensée comme objet de réflexion ». Un vrai programme !

L’embêtant, voyez-vous, c’est que notre chasseur fit rapidement une extrapolation très simple, si simple, si simpliste, qu’elle nous pourrit la vie depuis quelques millénaires :

- Si je suis conscient que l’arbre existe, je ne vois pas de raison de penser que l’arbre n’est pas conscient lui-même de mon existence à moi. L’esprit qui me porte à connaître l’arbre doit donc exister dans l’arbre.

Esprit de l’arbre. Pourquoi ne pas considérer ceci comme le premier pas vers l’invention de Dieu ? Mais j’extrapole.

Froggy’s proof

Je ne peux résister à l’envie de publier ici ce que je viens d’envoyer à mon ancien collège écossais : Loretto. C’est ça l’orgueil d’un artiste… (lol)

Froggy’s proof

It was back in 1969, the little boy was called « Froggy » by his friends
(because he was French) and « Piggy » by his enemies (because he was
fat). Well, not really fat, just moving towards his fifteenth year and
fresh from the cocoon of his Parisian family. At the time of this
story, he could not have dreamt of reaching the fitness of healthy
young Scots and the nickname was in fact somehow appropriate. The boy
had been sent to Loretto by his parents to learn English. Mr
Bruce-Lockhart, then headmaster of the school, had once been a student
in Normandy and had stayed at the young boy’s great-grand mother’s
place in Caen ; it was him who welcomed « Froggy » at Pinkie House on
the first day of his stay at the school.

I shall not detail the mind of Froggy during the first days at Loretto
; these were the times of cold baths in the morning and of corporal
punishment : hardly anything to do with the comfortable and rather
simplistic life of a French schoolboy, home everyday for tea time and
bound for the safety of his mother’s arms. Let me just say that there
were quite a few tears dropped on the pillow of a bed at Hope House
and piles of mockery from rather uncompassionate companions. But
Froggy survived to the harshness of rugby fields and to his fears of
seeing a ball smash his skull to smithereens on the hockey grounds.
The house nurse, the housemaster and Mr Bruce-Lockhart provided for
some sort of family feeling and Froggy began to rather enjoy the
challenge of becoming an improbable Scotsman.

Now, you have to know that there is one thing that Froggy could do
better than anyone else at the school, and, for that matter, better
than anyone else in the whole world : Froggy could sail a boat. I
don’t mean just take the helm and play the sheets, I mean put out to
sea and make one with every wave, with all breezes. I mean that he
could actually become part of the boat he was sailing, like a violin
becomes part of the violinist, and that there was no place in the
world where he felt happier, stronger and more magical than at the
helm of any craft. And this is what brings us to the following story.
This, and the Junior Sailing Cup.

Froggy was beginning to grasp some of the English language and
Lorettonian slang when he heard of a regatta to be held in five races
on the Firth of Forth. The boats were JP fourteens, dinghies that
would now look more appropriate at the Monaco Classic Week than in any
regatta, but which, at the time of these events, were the kind of
improvement to yachting that only the British were capable of. Heavy,
bulky, under-sailed, yet able to provide great sensations in Scottish
winds and certainly not afraid of passing Firthy waves.

Froggy timidly added his name to the list of participants and
immediately became some kind of a school joke.

- What ? Froggy wants to participate in a major sporting event ?
- For heaven’s sake, Froggy, go play snooker will you ?

Even the few friends Froggy had made tried to convince him to abandon
the project.

- You don’t stand a chance !
- Come on, Froggy, you know very well that nobody on earth will want
to be your crew for this one !

More tears were dropped on the pillow at Hope House, but Froggy
decided to stand up to his decision and to win the regatta. No, not
just participate, to win it.

The first regatta was a disaster. The crew Froggy had finally managed
to recruit had hardly ever set foot on a boat before, even Beaufort
could not have measured the little wind there was, a recent gale had
left a strong wake in the Firth and it was so cold that Froggy’s hands
could hardly hold the tiller after gibing the third buoy.

Froggy came first. And this was the real disaster. For the whole
school decided that there would not be a second French victory and
that all tricks would be played during the following races to make
sure of this. The list is long of the tricks that were played and I
shall not bore my reader with their details. Let me just state that
they proved to be very creative indeed, and that Froggy never realised
what had been done to his boat before the starting line had been
crossed. Needless to say that not all rules of a sailing regatta were
strictly followed during the following races and that it was a near
miracle that Froggy won the second regatta, and the third, and the
fourth, and the fifth.

You will probably imagine all sorts of reactions to these victories ;
there was none. Except new tricks discovered each time and silence
after the final victory. The hero was not applauded, the crowds did
not stand up to his glory and all seemed to be forgotten shortly
afterwards.

But the final act of my story will always remain as Froggy’s proof
that it is always worth one’s while to remain confident with one’s
capacities and to stand by them, whatever friends, parents or teachers
might say. For in the final act of this story, several weeks after the
battle of the Junior Cup had been fought, sporting medals and cups
were distributed in the school refectory. All were present for this
great event and champions were called one after the other to receive
their trophy. They would stand up, a few claps of hands would be
heard, mainly originating from the closest friends of the concerned
champion, and the next name would be called. The Junior Sailing Cup
came among the last in the long list of awards given on that day and
Froggy dreaded the time he would have to stand up and walk across the
room to the large wooden table where his cup was standing. What
whistles would then be heard ? Or would complete silence occur ?

His name was finally called. He stood up, shyly, started walking
towards the table, knowing that from now and to the end of times his
name would be engraved on the cup, suffering all that could be
suffered by a kid of his age lost in the absolute silence of an evil
forest, and it was only when a small tear of mixed feelings was
appearing on his left eye that he heard chairs and benches quietly
moving, people slowly standing up and a fury of applause suddenly fill
the room. Mr Bruce-Lockhart looked at him from behind the big wooden
table and smiled.

And to this day, every time he tells of his story, Froggy the little
French boy feels the very same tears of joy and pride coming to his
eyes. He also remembers that Loretto gave him one of the best lessons
of his life : that real fair play is not giving a chance of victory to
your opponent but to respect and admire his victory, to have pride in
his friendship.

If the Junior Cup still exists, if you check on the plaque for 1969,
you might notice the name Amaury de Cizancourt engraved on it. This is
the real name of Froggy the little Frenchman, also known as « Piggy »,
forever grateful to all pupils and teachers of Loretto.

Amaury de Cizancourt
Nantes, March 22nd, 2008

Dear Sir,

I have wanted to write down this story for many years. This is a story
with which I have bored my friends and children many times and of
which truth is, almost, total. (I am not sure whether I did win the
five races …). I am glad to have finally reached a stage of my life
where I can pay part of my debt to Loretto by sending it to you. Make
of it whatever you might think necessary, if only you think it
worthwhile of making anything out of it.

I can only add one thing : It is on that day of 1969 that I have
learnt respect. And that has been the principle rule of my life ever since.

Thank you all, pupils of Loretto.

Tempête

Quelques photos de la tempête de la marée d’équinoxe vue de Bréhat, que je dédie à mon fils, Cyril.

Il faut cliquer sur les photos pour les voir en grand format…

pict4604.jpg

pict4628.jpg

pict4636.jpg

pict4645.jpg

pict4661.jpg

pict4667.jpg

pict4565.jpg

123456



plaisanceflorent |
Enaland |
Blog Star Vintage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linguistique & Mobilisa...
| Les Anciens de l'ENI Zaghou...
| La solution comptable