Profession de foi (?)

La lamentable proposition de toutes les religions : abandonner toute forme de raison pour une promesse fabuleuse ; croire en la vie éternelle plutôt qu’en la richesse des temps. Ignorer pour connaître !

« C’est Dieu qui a mis au cœur de l’homme le désir de connaître la vérité » dit l’encyclique de Jean-Paul II « Fides et Ratio », dès la bénédiction. Mais il s’agit de « LE connaître lui-même » et l’église s’octroie ici rapidement « le don de vérité » qu’elle date inévitablement du Mystère pascal (Introduction § 2). Et le Coran de renchérir « La Vérité vient de ton Seigneur, ne sois pas au nombre de ceux qui doutent » (Coran II, 147) ; la Vérité est donc tout incluse dans le Coran ; lex orandi et CQFD !

Benoît XVI a beau jeu de noter, créant ainsi la fameuse controverse de Ratisbonne, la différence entre une chrétienté pour laquelle « ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu » et un islam dans lequel « la volonté de Dieu n’est liée à aucune catégorie humaine, pas même celle de la raison » lorsqu’il faut attendre plus de trois siècles pour que son prédécesseur reconnaisse la grandeur d’un Galilée (1662-1992). La seule différence entre la chrétienté et l’islam sur le sujet de la raison et du savoir est bien que la chrétienté a été forcée de dépasser le stade de son adolescence révolutionnaire, catholique (c’est-à-dire « universelle ») et donc prosélyte, pour s’adapter progressivement aux évidences.

« La science, disait Einstein, n’a eu de cesse de repousser la porte derrière laquelle Dieu était caché ». Mais je ne vois aucun Dieu nécessaire derrière la cause première et comme le Marquis de Laplace, « n’ai nul besoin de cette hypothèse » pour répondre à la question du sens, ni ne vois en quoi cette hypothèse serait nécessaire au respect d’une éthique.

Sens et éthique, les mots sont dits ! Car il s’agit bien de cela n’est-ce pas ? Donner un sens aux indicibles : l’origine, la mort, l’infini, le mal, et justifier d’une approche commune, non personnelle, aux réponses données.

Mais qu’est-il besoin d’un Dieu, transcendant ou immanent, pour répondre à ces questions ? Un simple regard par la fenêtre, s’il est plein de passion, de tendresse, suffit bien largement !

Ce n’est pourtant pas Dieu que je récuse en premier lieu. Car si l’idée de Dieu a comblé un seul homme, alors l’idée de Dieu mérite, doit, être respectée. Qui suis-je pour tenter de convaincre celui qui croit que son espérance n’est que balivernes et sublimes billevesées ? Pourquoi m’y essayer ? Prouver la supériorité de ma raison bienheureuse sur sa très sainte foi ? Mais ce n’est pas en luttant puérilement et en vain contre une supputation que je prouverai mon discernement, c’est au contraire en allant au bout de mon propre jugement, en luttant constamment contre mes certitudes hâtives, toutes mes certitudes.

Et donc en réfutant tout ce qui tente de me les imposer…

Ce n’est pas Dieu ni son fidèle qu’il faut combattre, c’est tout ce qui se place entre les deux. Mais je laisserai même ce combat aux maîtres d’armes de la rhétorique savante … Les Voltaire, Feuerbach, Comte-Sponville, ou bien Michel Onfray ont pour cela des armes et des talents que je ne possède pas, ni ne recherche.

Dépasser les combats, aller au-delà des « identités meurtrières », comme le conseille Amin Malouf dans son œuvre éponyme. Et, sans oublier l’autre, se concentrer sur soi, sur son chemin.

Approche bouddhiste ? Ah non ! …

3 Réponses à “Profession de foi (?)”


  • ça me fait quand même un peu mal au coeur de vous voir, dans votre denier paragraphe, mettre au même plan Comte-Sponville et Michel Onfray…

    Vous faites bien en revanche de citer Amin Maalouf, dont toute l’oeuvre, tant romanesque que philosophique/historique est un appel à la tolérance et à la paix entre hommes…

  • Il est vrai que le rapprochement entre Comte-Sponville et Onfray est un peu vache. Comme vous, je préfère Onfray (Non, je déconne !).

    J’adore Maalouf ! Si je me mettais à écrire un jour quoi que ce soit, j’essaierais d’en faire mon maître. C’est mal parti, je sais.

  • Un de mes amis m’envoie ce commentaire par mail, j’ai jugé bon de l’ajouter au débat, tel quel.

    Cher (Halio),

    Je suis en vol pour Jakarta à une altitude suffisante pour pouvoir traîter de façon inspiré le sujet de Dieu et les questions fondamentales de la Vie.

    Je me sens à la même longueur d’onde que toi dans la mesure où je n’aime pas du tout les dogmes. Je les abhorre pour tout te dire, en effet j’ai même une réaction d’aversion envers toute personne qui est exagérément dogmatique dans son approche.

    J’aime une approche épurée de tout à priori !.. Et surtout les gens qui ont la sagesse de cette approche.

    Je diffère de toi dans la mesure où je me méfie aussi de la ‘Raison’ (eh oui, je renie en cela mes deux diplômes d’ingénieur) et de ce que les Occidentaux croient que le raisonnement humain seul peut être salvateur. Peut-être, mais ce n’est certainement pas le cheminement le plus facile. C’est la ‘Raison’ qui en fin de compte a créé les dangereux dogmes des religions cérébrales, tels que le Catholisisme et l’Islam !

    Je trouve ton approche un peu trop ‘anthropocentrique’ = une erreur (au sens éthimologique de ‘errer’) de la pensée occidentale des trois derniers siècles à mon avis (et de ses religions). Mets un peu la durée d’existance de l’espèce humaine à côté de celle de la terre ….. et de l’univers ! Pas d’esprit à ton avis avant l’apparition du monde animal et humain sur terre (et sur d’autres planètes) ?

    Le beau de l’Hindouisme (je ne suis pas Hindouiste, soyons clair, mais j’aime leur phylosophie, leur approche naturelle et directe) (l’Hindouisme, qui constitue les racines d’entre-autre le Boudhisme dont tu parles, est encore plus englobant je crois) c’est qu’il s’agit à la fois d’un humanisme avant la lettre, d’une phylosophie et d’une religion (il est vrai). Mais ce n’est donc pas ‘seulement’ une religion et elle n’est pas dogmatique, ni cérébrale. Cela n’empêche qu’une Ecriture Sainte peut toujours être interprétée de façon différente – toujours dangereux ! Cela vaut donc aussi pour le Bhagavadgita. Mais l’essence du Bhagavadgita est d’apprendre et d’inciter les gens à méditer, pour ainsi avoir réponse aux questions fondamentales de la vie par ‘expérience’ personnelle et avec le moins possible de contraintes. La méditation peut de façon tout à fait naturelle vous éclairer incroyablement vite et globalement sur TOUT! Cela s’explique très difficilement, cela se vit. Cela vous fait ressentir que l’état d’Homme Eclairé est en fait à la portée de tout le monde ! Cela semble incroyable pour les cérébraux au sens large du terme et peut-être prétentieux, je me suis souvent rendu compte. Je ne suis pas du tout un tel sage entendons nous bien (dont le monde a, entre nous soit dit, énormément besoin), mais moi aussi par contre je suis convaincu (j’ai ressenti plus d’une fois dans le plus profond de mes fibres….) que je pourrais atteindre facilement un tel état !

    Notre essence est éternelle et nous sommes d’abord esprit (notre essence à nouveau). Le Monde entier, l’Univers est d’abord esprit (éternel). Tel est mon vécu, tel est la conclusion cérébrale de Charon, physicien nucléaire et auteur de la Relativité complexe, concernant notre Monde. La matiére, le temps que nous ne contrôlons pas, enfin tout ce que nous observons autour de nous est une réalité parallèle créée par le Monde de l’Esprit. Ce monde physique dans lequel nous passons furtivement nous aide (aide l’Esprit dont nous faisons partie intégrante) à augmenter notre et sa néguentropie. L’Univers de l’Esprit est à néguentropie croissante depuis des millénaires et encore pour des millénaires. J’ai donc la sensation qu’à long terme le Monde évolue (en moyenne) positivement ! Ce n’est pas ce dont je suis convaincu de façon cérébrale, ou ce que j’ai appris, ou ce que j’accepte comme dogme, non ! Mais c’est bien ce que je ressens lorsque j’affine mon esprit à l’extrème sans forcer du tout, lors d’une meditation vraiment réussie !

    Me comprends-tu ? Ou mieux dit, me sens-tu, ne serait-ce qu’un tout petit peu ? Les choses transcendentales sont extrèmement compliquées à expliquer pour ceux qui ne l’ont jamais vécues eux-mêmes.

    Enough for today, car l’indigestion guette.
    Mais j’aime comme toi le sujet.

    Bonne semaine encore et déjà bon WE.

    Philippe

Laisser un Commentaire




plaisanceflorent |
Enaland |
Blog Star Vintage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linguistique & Mobilisa...
| Les Anciens de l'ENI Zaghou...
| La solution comptable