• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 28 mars 2007

Archive journalière du 28 mar 2007

Cerveau présumé

Gag !

Je viens de regarder les statistiques de mon blog. Dans les référants je découvre que quelqu’un est arrivé ici en cherchant « cerveau présumé » sur Google. Le gars, il avait du perdre le sien. Mais le plus drôle, c’est quand même qu’il soit arrivé chez moi, non ?

Cerveau présumé !! Non mais je te jure.

Je viens de vérifier, des cerveaux présumés, il y en a 193 000 sur Google. Et il a fallu qu’il choisisse le mien. Un comble !

PS : C’est pas un de vous j’espère.

Newton et Ben Laden

Logique, hypothèse, intuition, raison, théorie, objectivité …. Les mots se sont bousculés ici (1) autour de la question d’un éventuel complot sur le 11 septembre 2001. Les interventions de Tschok, de Titelilia, puis d’Ada Veen, se sont mêlées à ma posture de naïf soi-disant très renseigné pour constituer un brouet plutôt intéressant, surtout pour moi.

Aucune conclusion définitive quant à ce qui s’est vraiment passé ce jour-là ne pouvait évidemment sortir de ce débat et je ne crois pas que s’en ait été le but à un instant quelconque. Tschok parle du manque de certitude sur l’unité d’action dans son commentaire 35, il est clair que nous ne pouvions prétendre la découvrir d’ici. Ada veen nous rappelle (C. 36) que toute thèse conspirationniste repose d’abord sur l’hypothèse que « la vérité est (toujours – NDLR) ailleurs » et elle a bien raison.

Dès lors qu’il s’agit de « se faire son idée » sur quoi que ce soit, il existe donc plusieurs bons chemins, et quelques-uns nettement moins bons, le grand René nous les a bien décrits (on peut l’appeler René, n’est-ce pas, depuis le temps qu’on le connaît !). In fine l’idée que l’on se fait d’une chose peut donc être « intuitive » ou « pragmatique », « renseignée » ou « pifométrique », « objective » ou « consensuelle », l’important est peut-être qu’elle soit.

Je ne savais pas trop bien quoi tirer de tout ceci jusqu’à ce que Newton vienne me soustraire à mon sommeil.

« Je suis Newton, me dit-il, j’étais tout à l’heure à l’ombre d’un pommier lorsqu’une Golden d’environ 200 grammes m’est tombée sur le nez. J’en ai conclu que p=mv »

Les philosophes et les psys auront tout le loisir de poser la question de la véritable identité de Newton ou d’analyser sa présence sous le pommier, les physiciens auront la satisfaction de nous perdre dans les notions de référentiel galiléen ou de relativité, restreinte ou générale, les historiens auront beau jeu de nous dire que cette histoire est apocryphe, n’empêche que l’explication tient debout : avec un peu d’esprit scientifique, beaucoup de génie et un sens de l’observation hors du commun, Newton « pouvait » entreprendre de décrire ses lois d’après l’observation d’une pomme en état de chute. La conclusion qu’il énonce me semble a priori un tant soit peu tirée par les cheveux, mais dès que je m’instruis sur la physique et sur ses fondements, je peux admettre son discours sans qu’il s’oppose à mon entendement.

Notons que Newton n’analyse pas la cause de la chute de la pomme, ce qui est parfaitement inutile pour son exposé, mais l’on peut au moins supposer que son état de maturité (celle de la pomme) est une hypothèse plus probable qu’un tremblement de terre (il y en a rarement au manoir de Wollthorpe). Le rasoir d’Ockham que cite Tschok dans son fameux commentaire 35 m’est donc ici très utile pour éloigner la plupart des hypothèses farfelues, souvent les plus nombreuses.

Plus j’étudie l’énoncé de Newton, plus j’ai de raisons d’y croire, parce qu’il est pragmatique, renseigné, objectif. En mon âme et conscience, je n’y trouve rien à réfuter. Et si je réfute l’authenticité de l’histoire du pommier, je ne réfute pas le fait que p=mv, je suis « hooked » (2)

Admettons maintenant que Newton m’ait dit ceci :

« Je suis Newton, j’étais tout à l’heure à l’ombre d’un pommier lorsqu’une banane de 3 kgs m’est tombée sur la tronche. J’en ai conclu que Ben Laden me l’avait lancée, j’ai donc envahi l’Irak ».

J’aurais répondu qu’une banane ne pouvant tomber d’un pommier, il fallait bien trouver une autre cause que la gravité à cet état de fait. J’aurais, au minimum, questionné l’identité du coupable, ne serait-ce qu’à cause du manque de preuve ou d’explication que me donnait ce brave Isaac (on peut l’appeler Isaac, n’est-ce pas, etc…). Au pire, je me serais demandé si le choc bananien ne l’avait pas rendu un peu foldingue, et je me serais bien évidemment posé quelques questions sur l’existence d’une banane de 3 kgs. Quant à l’invasion de l’Irak …

En clair, plus j’ai tenté d’analyser son discours, plus son discours m’est apparu comme pifométrique et subjectif, plus je me suis posé la question des capacités intuitives du grand savant et plus je me suis posé la question des raisons qui l’ont poussé à raconter de telles conneries. En mon âme et conscience, le deuxième énoncé me paraît donc absurde, et ce bien qu’aucun élément ou presque ne soit absolument, totalement, définitivement, réfutable.

Je rejoins donc Tschok sur une partie de son exposé.

Je me fais ensuite cette remarque sur le mensonge : pour qu’un mensonge tienne la route, il faut donc qu’il soit extrêmement bien construit. Il faut du génie pour être un grand menteur. La moindre faille sur ce mensonge, et c’est l’apocalypse : ma femme qui découvre que je la trompe, ma maîtresse qui découvre que je n’ai toujours pas demandé le divorce, et l’Amérique qui se demande pourquoi, pour qui, plus de 3 000 personnes sont mortes.

Mais mon propos n’est pas de revenir sur le discutable exposé officiel des faits du 11 septembre, exposé dont on ne peut effectivement retirer aucune conclusion (et c’est peut-être ce qui me dérange).

Non, mon propos est plus de rappeler que tout raisonnement doit se baser sur des faits vérifiables et que le grand René avait évidemment raison lorsqu’il énonçait son premier précepte : « éviter soigneusement la précipitation et la prévention, et … ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenteroit si clairement et si distinctement à mon esprit, que je n’eusse aucune occasion de le mettre en doute ». (3)

Ceci s’applique pour le 11 septembre, mais aussi et surtout pour le 22 avril. Bonne chance pour vous y retrouver dans le discours de nos présidentiables.

(1) http://haliotoide.unblog.fr/2007/03/20/quoi-de-9-septembre-2001/
(2) Jeu de mot assez mauvais sur le fait que Robert Hooke, et non Newton, est peut-être à l’origine de la théorie de la gravité.
(3) Discours de la Méthode, évidemment. Rassurez-vous, moi aussi, j’ai dû le relire trois fois avant de comprendre.




plaisanceflorent |
Enaland |
Blog Star Vintage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linguistique & Mobilisa...
| Les Anciens de l'ENI Zaghou...
| La solution comptable