A Clémentine Autain

Réponse à Clémentine Autain, laissé sur son blog en réponse à son article anti-sarko, en attente de modération à l’heure où je vous parle :

http://clementineautain.fr/2007/04/27/renvoyer-sarkozy-a-neuilly/

« Pauvre Clémentine, si effrayée par ce que l’on raconte au PS sur Sarkozy… et qui le croit !

Quand donc arréterez-vous de vous gargariser d’idées creuses et quand vous autorisez-vous à réfléchir par vous-même plutôt que de répandre le fiel bien pensant d’une pensée moribonde ?

Ségolène Royale gagnera peut être, mais vous n’y gagnerez rien.
Je n’aime pas particulièrement le petit Nicolas, mais Ségolène est un leurre. Et vous le savez ! Vous qui n’avez cessé de la conspuer lors de la campagne pour le premier tour.

Vous voulez un vote anti-sarkozy ? Soit ! Mais quel est ce vote qui se remplit de haine plutôt que de projets ? De rumeurs plutôt que de critiques ?

Critiquez, il le faut ; avec le Nicolas plus qu’avec tout autre ! Mais ne vous laissez pas enfoncer par d’impossibles bravitudes, par les abysses plates d’un Royalisme vide.

Si vous y croyez, alors, je vous souhaite le succès. Mais je sais qu’il ne sera pas une victoire. »

251 Réponses à “A Clémentine Autain”


1 10 11 12 13
  • Halio,
    tu sais que Tschok nous fait des infidélités pour samedi !
    j’y pense là parce que tu dis que Christophe devient fidèle…

  • Et surtout ne pas oublier les percus! Indispensable!

  • Comment ça Tschok ? Mais c’est quoi ce binz ? Nous exigeons des explications ! L’infidélité (en tout cas l’infidélité de ce genre là) est un gros péché. Comment vont réagir Camille, Elise, et Raph ?

    Cela dit, tu as raison, Raph, si Christophe veut venir, pourquoi pas ? Mais attention, c’est mettre le loup dans la bergerie. Il est intenable ce garçon.

    Christophe, si tu veux te joindre à nous Samedi et / ou Dimanche à Paris, pourquoi pas ?

    Bon, mon impression est finie. J’y retourne. Faut rellier maintenant !

  • Bonne chance!

  • Halio,
    le royalisme te tape sur le système. « Nous exigeons » ! peste ! pour un peu c’est « je veux et j’exige »… bon, je ne sais pas trop de quoi il retourne en fait mais Tschok ne peut pas etre là samedi soir. reste donc Camille, Chéri (?), toi et moi. et Christophe, s’il veut venir. puisque tu dois l’appeler, tu vois ça avec lui :)
    pour l’infidélité, je suppose que tu as une leçon édifiante à nous servir sur le sujet ?
    pour le loup dans la bergerie, ça ne m’étonne pas. sauf que je ne savais pas que tu étais un mouton :

  • bêêêê^^eêeê^! (tiens, un mouton qui passait par là).

  • noir ou blanc ?

  • Camille,
    il ne manquait plus que toi… atroce, tout à l’heure on se marchait dessus pour poster son comm’ ici. du jamais vu depuis qu’Halio est en flemmingite aigue…
    à part ça, des nouvelles de Gai-Lulu ?

  • Titelilia,
    en général, le noir c’est moi. donc ça devait être un blanc mouton.

  • Ouais. Maintenant, il faut aller les chercher loin les derniers comm’. J’ai un peu peur de m’y perdre des fois.

  • Et paf! on continue de se battre pour écrire un comm’.

    Un mouton commun quoi.

  • tous les moutons blancs ne sont pas communs : il y a les moutons de panurge, le mouton du loup blanc, les moutons de bruxelles certifies norme europeenne, les agneaux de sisteron (elevés en argentine et abattus à sisteron pour avoir le label !), etc.

  • Bonjour Christophe,

    Mais je vous en prie. En fait le sujet m’intéresse. Mais pas la monarchie en tant que telle que je considère comme quelque chose qui appartient à l’histoire ou à un lointain et très hypothétique futur.

    Je reprends votre réponse.

    1) Vous dites que le droit est un technique et que les juristes sauront écrire ce qu’il y a à écrire. Tout à fait, mais le problème est de savoir quoi.

    Quelle est l’idée qu’on met derrière les mots? En fait ce que vous définissez, c’est un système séculier (une constitution qui fait référence à une religion). Ca, c’est possible, parce qu’on reste sur le terrain d’une proclamation symbolique dépourvue d’effets de droit, ou dont les effets de droit sont atténués par des lois particulières.

    De nombreux pays dans le monde ont un système séculier. Savoir si c’est transposable en France, c’est une autre question, politique celle-là.

    Vous êtes réaliste et vous avez compris que la montagne est haute…

    2) C’est l’institution royale et non la Nation qui est chrétienne: alors là, ça pose un problème complètement différent de celui dont on discutait.

    D’abord cela instaure une séparation entre l’Etat royal et la Nation, alors que dans le concept républicain, l’Etat est l’instrument de la Nation dont il est le prolongement dans la matérialité des faits.

    Dans la conception royaliste, l’Etat deviendrait, par le truchement de son roi, l’instrument d’une volonté divine présupposée. C’est plus qu’un changement de décor: vous mettez un troisième larron dans la boucle du pouvoir: dieu.

    Or dieu est muet. Sauf qu’il parle par la voix de ses prêtres… C’est donc ni plus ni moins que l’église catholique que vous placez à côté du trône.

    Ensuite, cela interdit l’accès au pouvoir à tous ceux qui ne sont pas catholiques. Exit la notion « tout électeur est éligible ». Tout citoyen ne peut plus devenir le chef: il faut être catholique. Le Juif ou le Musulman devra se convertir. Le Protestant aussi. L’athée ira se faire voir, à moins d’embrasser la foi et faire son chemin de Damas.

    3) La république est athée, la Nation est laïque: non. La constitution prévoit seulement en son article 1er que la république est laïque et les lois, notamment celle de 1905, appliquent le concept.

    Si vous avez du courage, j’ai écris un post sur le sujet il y a longtemps:http://www.blogg.org/blog-48602-billet-la%C3%AFcite__impartialite_ou_neutralite_-487246.html

    Le post est long…

    4) La religion relève de la sphère privée: selon vous c’est un mal, car elle deviendrait une occupation personnelle et déserterait le champ social et politique.

    Pour ma part, je pense que la question de la foi (à distinguer de la religion) relève de la sphère privée et même intime des personnes. Par ailleurs, la religion est présente dans le champ social (calendrier, culture judéo chrétienne, histoire, églises, etc) mais elle a perdu sa prévalence. Personnellement je m’en félicite car je pense qu’on y a tous gagné en liberté.

    5) l’idée que la religion garantit la moralité: c’est une pure croyance. L’église catholique romaine a été parfaitement immorale de nombreuses fois dans son histoire et l’a d’ailleurs reconnu, au moins partiellement.

    Maintenant vous avez le droit d’y croire, mais sachez que la garantie de moralité prétendument apportée par la religion ne vaut rien et que vous êtes dans la situation d’un assuré qui se croit couvert pour tous les risques alors qu’il ne l’est qu’aux tiers.

    La moralité en politique me semble un sujet très vaste.

    Pour le simplifier, je dirais que tous les systèmes de pouvoir qui se sont voulus moraux ont finalement évacué la question de la moralité pour la poser en termes de « bonne gouvernance ». C’est à dire qu’on est passé de la morale à l’éthique.

    Par exemple, aussi étrange que cela paraisse, l’intervention US en Irak repose sur des règles éthiques, ce qui n’empêche pas l’immoralité profonde de cette guerre.

    6) La figure du roi en tant que garant de valeurs suprêmes: le problème est qu’il est juge et partie dans votre schéma. C’est casse gueule: le système repose sur la vertu d’un seul, s’il a un instant de faiblesse et cesse d’être vertueux, le système entre en crise.

    Pire, s’il se goure – une simple erreur d’appréciation peut avoir de lourdes conséquences, regardez le juge Burgaud dans l’affaire d’Outreau – le système entre aussi en crise.

    Je reprends l’exemple de cette affaire judiciaire: la justice s’est voulue vertueuse et elle a choisi de court-circuiter tout le système des contre pouvoirs qui assurent en temps normal une bonne gouvernance judiciaire (ce qu’on appelle la bonne administration de la justice): elle a relégué les avocats à un rôle de pantin, pratiqué une politique de confirmation systématique de ses propres décisions, a validé une enquête menée exclusivement à charge, privilégié la parole des victimes, donné trop d’importance à celle des experts, etc.

    Et à la fin, tous ces gens vertueux se sont lamentablement plantés…

    Je crois peu en la vertu dans les systèmes de pouvoir.

  • Je vois que tu es la spécialiste du mouton blanc. J’avoue que perso je ne m’y connais pas trop.

  • Oui euh,

    Désolé pour samedi.

    C’est l’enfer du devoir. Mais ce n’est que partie remise!

  • j’ai oublié le mouton du Petit Prince !
    impardonnable !

  • Tu te rattrappe de justesse là. La foudre du Dieu des moutons a failli s’abattre sur toi.

  • Eh bien je vois qu’on s’amuse bien par ici, pendant que je bosse ! Non mais faites comme chez vous ! C’est vrai quoi, on s’y retrouve plus dans tous ces comms. Même pas la possibilité de décider à qui il faut répondre en premier. Alors, je vous réponds à tous et en une fois.

    Je vous adore !

    PS : sauf Tschok, qui nous lache pour des devoirs très probables. A moins qu’il ne soit libre pour un petit kawa le dimanche ? At your convenience, cher Tschok !

  • je ne sais pas si le dieu des moutons aurait frappé mais si Halio s’en était aperçu il m’aurait p-e fichue dehors. il aurait eu raison d’ailleurs.comment peut on parler de mouton sans penser à st-ex, au petit prince et au mouton du petit prince ? surtout quand on connais personnellement le petit prince (ce qui est mon cas)…

  • Il faut bien passer le temps sous un soleil radieux (avec un toit entre les deux).

1 10 11 12 13

Laisser un Commentaire




plaisanceflorent |
Enaland |
Blog Star Vintage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linguistique & Mobilisa...
| Les Anciens de l'ENI Zaghou...
| La solution comptable