Ré gâte …

Oui, je sais, c’est sans doute l’un de mes plus mauvais jeux de mots depuis longtemps, mais vous me connaissez un peu maintenant : je ne peux jamais résister à des tentations almanach-vermotesques dont ne voudrait même pas l’un de nos pires histrions.

Bon, revenons à nos moutons. Et, a propos de moutons, rappelons que ces petits brins d’écumes sur la crête des vagues s’appellent bien « moutons » et qu’ils apparaissent panurgesquement autour de 4 beaufort ; soit un vent de jeune fille pour les initiés, mais une inscription directe au Club Sous-le-Vent pour les néophytes, surtout dans le Perthuis Breton.

Mais je m’écarte, je m’écarte, et les pauvres visiteurs de ce sinistre blog se perdront vite dans ces méandres aussi introductifs qu’improductifs puisqu’ils ne savent pas qu’Elise, Raph, Christophe, Coincoin, Tatianus ainsi que votre dévoué serviteur, tous fervents admirateurs d’un coquillage peu probable (et vice versa), se sont retrouvés chez Christophe pour un week-end à La Rochelle afin d’initier ceux d’entre eux qui ne connaissaient pas le Club sous-le-Vent aux immenses joies du mal de mer (Oh, joie, dirait Elise …, mais j’anticipe).

Or, donc, quelques blogueurs téméraires avaient décidé de rencontrer Neptune et puis Eole autour de quelques bouteilles d’un excellent gwen-ru (1).

L’hospitalité de Christophe et l’esprit d’organisation de Raph auraient suffi à promettre des heures vraiment riches, mais sans les talents conjugués de la douce Elise (si si), du merveilleux canard, d’un asymptotique Tatianus (Rhaaaa, l’hypothèse de Riemann …), sans le bonheur du coquillage susnommé de se trouver auprès de vrais amis, Eole, Neptune et Amphitrite auraient pu aller se rhabiller pour nous offrir ce que ce week-end fut.

Le traditionnel avitaillement des débuts d’aventures océanes effectué, on procéda à l’appel complet des équipages devant une bouteille de bon whisky, quelques bouteilles d’excellents vins, le tout suivi d’un merveilleux cognac. L’équipage restait pourtant complet à l’heure du coucher, tard dans la nuit, même si le roulis constaté chez certains pouvait augurer de quelques rêves très maritimes. La nuit fut courte, comme elle peut l’être chez les braves, car le navire devait être rejoint avant que le jusant n’échoue ses nobles courbes sur un sinistre fond de vase ostréicole.

A 8 heures donc, lever des matelots, du Capitaine et première lutte vers la douche, gagnée très haut la main par les filles (combat injuste, puisque les hommes sont galants, par nature). Dès 10 heures, soit à l’heure exacte prescrite par les tables de marées, le corps-mort était lâché et Le Cid, libéré de ses chaînes, s’abandonnait aux mains de Christophe et d’Halio, seuls habilités à lui fournir enfin toute la beauté de sa puissance.

Les premiers clapotis ayant émerveillé ses chers passagers, Le Cid, n’ayant donc tant vécu que pour cette infamie (2), se prit d’un enthousiasme débridé pour des rouleaux naissants et se mit à réjouir les hommes de barre et le cœur des fidèles. Il n’en fallait pas plus pour qu’Elise et Raph ne se mettent à chanter des cantiques, croyant sans doute séduire Neptune par leurs voix de sirènes. Mais Neptune aurait sans doute préféré quelque chanson paillarde, de celles qui font rougir les demoiselles de Paris dans les ports de Bretagne ; appelant Eole à la rescousse (« va, cours, vole, et nous venge … ») (3), il se mit donc promptement à soulever son ventre, à agiter ses intestins. Vous vous doutez, bien sûr, que d’autres intestins furent rapidement soulevés, renversés, tourneboulés, et que certains visages parmi les plus charmants du bord prirent soudainement cette obscure clarté qui tombe des étoiles (4).

« Elise fut la première, mais gardait le sourire,
Coincoin fut solidaire, tout en voulant mourir,
Et le bon Tatianus … se retint de vomir. » (5)

Raph, dont les yeux de Chimène ne quittaient que rarement le barreur, tint bon. Plus ou moins …

On se décida donc à ramener au port cet équipage soudainement morose, mais la marée interdisait pourtant tout retour au mouillage de Loix. Il fallait donc attendre au large ou s’abriter plus près des côtes, et c’est au Fiers d’Ars que Christophe, seigneur du lieu, vint échouer son Cid, enfin doux. (Mais le Cid de Bretagne est plus doux que le normand…. Ouais, bof !).

L’échouage fut de courte durée, l’horaire des marées, une carte locale et la règle des douzièmes ayant permis de définir assez précisément l’heure exacte à laquelle le corps-mort pouvait être atteint, plus à l’Est. Il fut pourtant suffisamment long pour qu’Elise, trop heureuse de déposer enfin ses dix orteils sur quelque chose de stable, ne se mît à nager vers le petit banc de sable que la mer recouvrirait bientôt.

Très bientôt !

Et c’est donc à la nage et le plus rapidement possible qu’Elise, une nouvelle fois, s’extirpât de la vengeance de Neptune, reprenant avec courage sa place sous le vent pour quelques derniers bords. La valeur, dira-t’on, n’attend pas le nombre des années … (6)

Le mouillage fut atteint à l’heure dite, la terre ferme enfin trouvée pour tous et le retour vers la Rochelle fut calme. très calme, ainsi que la soirée.

Le lendemain étant un dimanche, on y partagea dès le matin le groupe en deux parties sensiblement égales, les filles allant faire leur devoir à la cathédrale et les garçons le leur, au café sur le port. Les forces étaient bien revenues, mais nous n’avions plus de navire ni de Christophe, retourné parmi les siens, et le temps nous permit un petit tour en ville pendant lequel Halio saoula le groupe de son passé de marin, lointain passé.

Tous repartaient le soir même vers d’autres horizons, et le combat cessa, faute de combattants (7).

(1) Vin rouge, en breton.
(2) Acte 1 – Scène 4 (Du Cid, bien sûr, bande d’incultes)
(3) Acte 1 – Scène 5
(4) Acte 4 – Scène 3
(5) Celle-là, Corneille n’a pas osé.
(6) Acte 2 – Scène 2 (Yesss, je l’ai placée !)
(7) Acte 4 – Scène 3 (Faciiiile …)

55 Réponses à “Ré gâte …”


1 2 3
  • rha ! fichu côté cabotin !
    (je me comprends, c’est l’essentiel, n’est-ce pas ?)
    :)

  • Eh bien vous avez l’air de vous être bien amusés! En tout cas moi à la lecture de ce billet c’est ce que j’ai fait (et j’ai évité le mal de mer). Les alexandrins que Corneille n’auraient pas osés ne sont pas mal du tout. Joli jeu de mots aussi du côté de Raph en commentaire #1, mais vu la quantité présente dans le billet original il va falloit pousser un peu plus loin pour rivaliser (comment ça à peine arrivé je f… la m….?). En tout cas, content de vous savoir à nouveau sur la terre ferme – en attendant que la caractère ombrageux de Neptune et le niveau de la mer ne rattrapent nos campagnes…

  • jeu de mot totalement involontaire.
    mais j’aurais du dire :
    ô rage, ô désespoir, ô côté cabotin ennemi !
    (ibidem, acte 1 sc 4)
    avec un « ibidem » pour faire pédant jusqu’au bout, héhé !

  • oui, mais là, pour la mesure du vers…

  • ben oui, mais bon, faut pas faire trop bien non plus sinon la critique n’est plus valable…
    héhé !

  • Sur le jeu de mot entre cabotin et cabotage, j’avais hésité, et puis je me suis dit que je devais quand même un certain respect à mes lecteurs. :)

  • Merci Léopold de ce commentaire. Peut être voudras-tu te joindre à nous la prochaine fois ; car il y aura une prochaine fois, n’est-ce pas Elise ?

  • Raph,

    Jamais tu lis tes mails ?

  • Evidemment cher halio, je le souhaite, j’y aspire vaillamment, n’écoutant que mon courage!
    Je te prierais également, si je n’avais conscience d’abuser de ta grandeur, de bien vouloir initier Ulrich mon cher double fraternel aux joies du mal de mer, et accessoirement, du voilier…

    Joie de vous retrouver! merci beaucoup Halio pour cet épique récit! A très vite donc et bonne nuit, je file parce que demain la journée va être très très longue…

  • Bande de ptits veinards… et dire que pendant ce temps je pondais un chapitre sur « la construction politique de RIchelieu : hiérarchie du favoritisme? ». que je me faisais enfermer dehors. que me urticaire ne me lâchait pas. qu’il pleuvait à Paris. que nos fêtards voisins sont rentrés.

    snif.

    mais l’an prochain, si j’ai terminé avec les choses sérieuses, je viendrai prendre les photos !

  • Déjà quatre marins suplémentaires donc, pour l’année prochaine : Léopold, Ulrich, Camille et Chéri (les deux derniers ne faisant d’ailleurs plus qu’un). Faut-il y ajouter Tschok ? Et d’autres ? Il faudra un grand bateau : j’y réfléchi. Bréhat peut-être ?

  • Halio,
    les mails d’hier ne sont déjà plus valables ce matin… tout va trop vite sur le net…

  • le respect de tes lecteurs commence là où s’arrête ta paresse, cher Halio.

  • Halio,
    com 11 : et si on mettait notre skipper de l’Erdre dans le coup ?

  • Raph,

    Why not ? Je propose que l’on en reparle lorsqu’il se sera manifesté par des commentaires sur le prochain post, qui le concerne. Après tout, le critère principal de sélection pour nos balades en mer n’est-il pas d’être un bon blogueur ? De toute façon, on a le temps de voir et l’eau peut couler sous quelques ponts.

  • T’as vu Halio, t’es arrivé dans le top ten !

  • bien vu, Gai Lulu ! :)

  • (comme quoi, s’il y a des idiots utiles, il y a aussi des fous utiles… ou pas, héhé !)

    ok, ok, je retourne bosser. a+.

  • Bravo Halio,
    très jolie relation de notre équipée.
    Il est vrai qu’elle fut belle, un peu agitée au goût de certains, mais « à vaincre sans périls, on triomphe sans gloire »…

  • 16. Dans le top ten, peut-être, mais je ne suis qu’un rat a côté de l’immense canard….

    A propos, vous voyez ça où, vous ?

1 2 3

Laisser un Commentaire




plaisanceflorent |
Enaland |
Blog Star Vintage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linguistique & Mobilisa...
| Les Anciens de l'ENI Zaghou...
| La solution comptable