Archive pour la Catégorie 'Politique'

About the world we live in

TRUISMS

Capitalism is a good idea: the private ownership of the means of production is the most secure way of guaranteeing that everyone will do the utmost to make whatever he owns as efficient as possible, hence creating wealth for the benefit of all. All other systems have failed dramatically and History shows that any control or ownership of the economy by the state, often referred to as communism or dictatorship, has resulted in total failure; to the extent that the very same people who made the experience of it, such as Russia, China or Germany, to name but a few, are often the ones to now indulge in the most conspicuous forms of capitalism.

Capitalism relies on free trade: if and as soon as ownership of the means of production is attributed to those who should never have been deprived of it, the people, it is essential that they may trade freely between them in the most efficient manner, relying on fair deals more than on legal barricades, on mutual trust more than on protective regulations. The « mutual sentiment » described by Adam Smith in his Theory of Moral Sentiment is the foundation of free trade, and indeed of capitalism. It may well be that the « Invisible Hand » described by Adam Smith in his Wealth of Nations solely results from the mutual sentiment described in his former work.

Free trade implies freedom: a free market economy, by definition, cannot be controlled by a few, especially if the few in question have a private interest in controlling it in a way that may produce advantages for themselves, or their tribe. No new regulation should therefore be issued by those who could take a private interest in the passing of said new regulation. The 2008 financial collapse is a perfect example of decisions taken for the benefit of some against the interests of the very same people they had deprived of everything.

Money gives power: whether we like it or not, it is better to be rich if you want to make the wind blow in the direction you wish it would blow. The mechanism is called « corruption », and it is a very efficient mechanism indeed: it works very well in capitalism, but just as well in the case of communism or dictatorship. Lobbies need money to provide it to their supports, including heads of states, or to finance their coming to power, and capitalism is therefore an ideal tool to create the platform on which private interests may lead the economy; hence contradicting the very same precept that we have exposed on our second paragraph;

Money has become virtual: created as a tool for trading, and then based on the actual value that anyone would attribute to a given good, it has now become mere figures that are exchanged on the Internet at a rate of a few million operations per second. Those who control said operations are the very same people who own the highest percentage of the volumes of the cash at stake. This may sound like a moral and logical approach, were it not for the fact that they now also control the wealth of millions of people with no control over the system.

Material resources are limited: we most probably live in a world in which tipping points have been reached on many of our most fundamental resources. Though it is more than likely that we shall find handy solutions to compensate for our past excesses, it remains that most of the riches of today have been built on stuff we are running out of. It may well be that the « people in power », who are no fools, are starting to understand that their wealth is built on dying supplies and based on virtual reality. They control the latter, but can only set back the former, and only for a limited amount of time, by expanding their empire through control of those that possess what they need. A control that one can indeed call theft.

PROPOSITIONS

Free trade comes in conflict with capitalism, and vice versa: capitalism as it stands puts the control of wealth in the hands of people who already own the power of their wealth. Trade is not free, therefore, as it-is subdued by the interests of a very few. Any defence of « free trade » that does not immediately suggest the idea of « fair trade » should therefore be opposed and fought against with the most virulent hostility. A good deal is a deal that fits both parties, all other deals forming the causes of wars, a fundamental of diplomacy that Winston Churchill understood to the last word.

No infinitely free trade can be based on limited resources: as soon as private interests are involved, and if the pie is limited, some will want to get a bigger share of the pie. This is strictly logical, arises from the fact that your son or daughter is more important than your neighbour, and that your neighbour is more important than an unknown foreigner; a fact that cannot be disclaimed by the most enthusiastic defender of globalisation; a fact probably at the source of our very own survival as a human species for hundreds of thousands of years. Free trade promotes the interests of an ever fewer number of individuals against everyone else whenever the supplies are limited and therefore kills the very idea of capitalism as soon as capitalism is owned by just a very few.

Virtual resources may be part of the solution: the advent of virtual resources such as those available on the Internet, be it on the matter of cultural resources or indeed of services or financial resources, with the appearance of virtual currencies, among others, may well form a platform from which everyone will become a direct stakeholder of his own wealth. The Bitcoin experience is a good example of what may be happening in the future: a total control of one’s own money, without consideration for the interest of the « one percent », and without it having any control over it.

CONCLUSION

Capitalism needs to remain free. It cannot remain free if it is « owned ». Deregulation is necessary, but cannot, and should not, be « regulated » by the interests of a very few. Democracy can only survive if the rules of the game are defined by the many. The mission of the next generation is to become Greek.

Good luck !

Sur le burkini, c’est décidé, je me mets à nu.

Depuis quelques jours, j’hésite : écrire  ou ne pas écrire sur le burkini ? Donner mon opinion et participer au débat ? Ou me contenter de constater que le débat est devenu fou ? Qu’il n’y a plus de débat, juste un combat entre des idées qui ont perdu leur sens. Et puis je me décide, comme ça, seulement parce qu’il fait chaud aujourd’hui à Paris et que je n’ai le courage de rien faire qui soit plus nécessaire.

Ce sera un peu long, je m’en excuse.

Commençons par un petit florilège des arguments lus ou entendus, que j’énonce volontairement comme ils me viennent, suivis d’une courte réflexion pour chacun d’eux :

- Défense de la liberté individuelle, que l’on peut résumer comme suit : tout individu doit pouvoir se promener dans la tenue qu’il entend, tant qu’il ne nuit pas au bon sens de la pudeur la plus élémentaire.

Elément de réponse : « La liberté commence là où s’arrête celle d’autrui », effectivement. Et l’on peut se demander en quoi le port du burkini pourrait gêner la liberté de celles qui se pavanent, seins nus et fiers, sur les plages bondées du sud de la France, sans ignorer que quelques malotrus ne manqueront pas de les lorgner, mais qui s’en fichent comme d’une guigne.

Conclusion personnelle et provisoire : j’aurais donc tendance à verser cet argument au crédit de ceux qui veulent autoriser le burkini et me dit qu’après tout, si l’on préfère s’affubler d’un drap peu esthétique plutôt que de l’un de ces charmants maillots de bains que les stylistes nous concoctent chaque année, seul le bon goût devrait s’en attrister. Ne se pose donc ici que la question suivante : les femmes qui portent le burkini l’entendent-elles comme un choix personnel ? Si oui, il faut le leur permettre.

- Défense de la liberté des femmes : la femme doit pouvoir préserver sa pudeur du regard concupiscent des phallocrates et puis s’en prémunir.

Elément de réponse : chaque femme doit en effet être libre de préserver sa pudeur ; cela va de soi. Mais l’on a vu si souvent ce chapitre de l’histoire de la mode contrôlé par les hommes, et plus particulièrement par les religions, que j’émettrai toujours un doute quant à la spontanéité du choix des femmes de se couvrir de pied en cap. Leurs témoignages me convainquent plus lorsqu’il s’agit de brûler spontanément leurs burkas dès le départ des fous barbus que lorsqu’il s’exprime dans les « territoires perdus de la République ».

Conclusion personnelle et provisoire : cette liberté de se couvrir me parait bien factice et je ne peut la penser que dans son contexte religieux. Or on n’a jamais vu la religion se porter au secours de la liberté féminine. Je doute qui plus est que l’Islam soit la première religion à tenter cette percée significative vers un peu plus de liberté.

- Défense de la laïcité : toute représentation ostentatoire de la religion doit être bannie d’une république laïque basée sur la séparation de l’église et de l’état.

Elément de réponse : on semble confondre ici deux idées bien différentes. La séparation de l’église et de l’état, de plus en plus battue en brèche par nos chers élus (qui désirent sans doute et avant tout ne perdre aucune voie confessionnelle) régit les rapports entre deux institutions, ou plutôt justement, en limite les rapports. La laïcité me semble être toute différente, qui régit le rapport entre l’état et les individus : l’état ne doit pas intervenir dans la religion du citoyen. En termes stricts de laïcité, il semblerait donc que l’état ne peut intervenir pour régir une tenue vestimentaire dictée par un sentiment religieux.

Conclusion personnelle et provisoire : le principe de non-ingérence de l’état dans les affaires religieuses paraît essentiel à la plupart de nos sociétés modernes, ce qui constitue sans doute un progrès, qu’il convient de défendre. L’état ne devrait donc pas légiférer sur ce point.

- Refus de l’islamophobie : s’en prendre une nouvelle fois à « ceux qui se mettent en paix et se soumettent » constitue un pas de plus vers l’islamophobie et donc vers le racisme. La richesse de la France tient en sa diversité et nous devons respecter la « différence ».

Elément de réponse : cette confusion entre islamophobie et racisme est la plus absurde de toutes les confusions. La religion n’est pas une race, un point c’est tout. On ne peut s’opposer à l’identité absolument sacrée de l’individu, d’où qu’il vienne, mais on peut en revanche combattre ses idées, et les juger peu compatibles avec celles qui nous définissent.

Conclusion personnelle et provisoire : douter que l’islam puisse enrichir nos sociétés est, depuis al Ghazali, du domaine du bon sens. La grande promesse intellectuelle des débuts de l’Islam est bel et bien révolue et ses mutations récentes viennent à l’encontre de notre lente marche vers un peu moins d’obscurité. Il convient en revanche de lutter toutes griffes tendues contre ceux qui voudraient qu’une couleur de peau ou les traits du faciès définissent quoi que ce soit des qualités d’autrui. Une critique de l’Islam (démarche intellectuelle) ne saurait donc constituer un acte de racisme (démarche de simple haine).

- Rappels d’autres temps : certains rappellent que nos femmes se couvraient sur nos plages il y a moins d’un siècle et s’amusent de voir des nonnes portant cornettes et scapulettes s’ébattre dans les vagues. Pourquoi permettre aux unes ce que l’on interdit aux autres ?

 

14021556_1215842591781033_4046867936194014375_n

Elément de réponse : il s’agit d’autres temps en effet. Autres temps qui sont devenus habitude dans le cas des religieuses de nos belles campagnes. Nous les jugeons bien ridicules, mais n’y voyons aucune ostentation. Quant à nos femmes du début du 20ème siècle, elles se sont découvertes depuis pour profiter plus librement des rayons du soleil, ce qui fait la fortune de nos cosméticiens et le bonheur de certains mâles.

Conclusion personnelle et provisoire : le rappel du passé n’est pas un argument, surtout lorsque l’on a su se libérer dudit passé. L’évolution de nos sociétés est une longue errance vers un peu plus de liberté, d’égalité et de fraternité. Ne prenons pas nos erreurs comme argument mais plutôt nos progrès, arrêtons de nous flageller pour les méprises de nos ancêtres et félicitons-les au contraire pour toutes les rectifications qu’ils ont apportées à leurs discours et à leurs actes.

- Le burkini est anodin : Il ne s’agit après tout que d’une façon de s’habiller et l’on ne voit pas pourquoi il faudrait en débattre. N’en parlons plus disent certains, ce n’est pas un sujet. Et d’autres d’envisager que ceci ne constitue qu’une tentative de plus de nos gouvernements pour nous éloigner des « vrais problèmes ».

Elément de réponse : mais quels sont-ils, ces vrais problèmes ? Si ce n’est justement la question de qui nous sommes, de ce que nous voulons. Du travail bien sûr, pour survivre en un monde qui nous dépasse de plus en plus. Mais aussi, et de plus en plus, une « identité ». D’où le succès d’un certain parti d’extrême droite.

Conclusion personnelle et provisoire : si le burkini est identitaire, communautaire, il n’est pas anodin. Il ne peut avoir sa place dans notre république. Les anglo-saxons peuvent bien l’accepter et le défendre, mais ils sont anglo-saxons…

- Défense de la pudeur de certaines : après tout, si certaines femmes estiment qu’elles se sentent plus à l’aise lorsqu’elles sont préservées des regards de quelque mâle prédateur et lubrique, on  peut bien les comprendre.

Elément de réponse : Que faut-il corriger ? La nudité des femmes ou la concupiscence des hommes ? Ne serait-il pas plus juste que les hommes arrêtent de scruter de leurs regards baveux la moindre forme féminine plutôt que d’exiger que ces formes, naturelles, se cachent à leur salacité ?

Conclusion personnelle et provisoire : Mesdames, vous aviez acquis cette liberté de vous libérer de nos regards. Ne la perdez pas … vous êtes si jolies.

- Le burkini n’est pas une prescription coranique : c’est vrai. Et alors ? Faut-il le réserver à quelque Islam moderne et dévoyé ? N’y voir que la manifestation des démences de quelques fous d’Allah ? Et dans ce cas, ne faudrait-il pas s’y opposer ?

Elément de réponse : Créé au début des années 2000 par une australienne d’origine libanaise, Aheda Zanetti, le burkini est une marque déposée. Les salafistes le considèrent comme impudique et le rejettent donc.

Conclusion personnelle et provisoire : si le burkini n’est pas une prescription coranique et si les salafistes le rejettent, il se pourrait qu’il ne s’agisse que d’un succès commercial (Aheda Zanetti affirme en avoir vendu plus de 500 000 !). Il convient dès lors de se poser la question de la nature de son argument commercial, et du succès de ce message. Et non, la réponse de la défense contre les dégâts du soleil ne me semble pas très convaincante, ni, on vient de le voir, celui de la pudeur. Le succès du message viendrait-il donc d’une quelconque pression d’une communauté bien définie ?

- Les femmes qui se voilent le font de leur plein gré : il s’agit d’une décision personnelle des femmes concernées, ne les fustigeons pas, quelques soient leurs raisons.

Elément de réponse : il est bien connu que les femmes sont libres de tous leur choix dans les terres d’Islam…

Conclusion personnelle et provisoire : de qui se moque-t-on lorsque l’on affirme que les femmes voilées le font très librement ? Au mieux s’agit-il pour elle d’un repli identitaire. Et ce repli pourrait bien être dicté par leurs frères. C’est du moins ce que nous disent les femmes qui brûlent leur burkas au Kurdistan et dans chaque région libérés des déments.

- Ce n’est pas le moment ! : Etant donnée la succession d’attentats commis en France depuis quelques mois, sans doute conviendrait-il que ces dames soient un plus discrètes quant à certains de leurs messages.

Elément de réponse : il est vrai qu’une grande partie de la population française, même si elle réagit plutôt paisiblement à la pression que lui imposent quelques déséquilibrés fanatiques sous prétextes coraniques, a le droit d’être lassée de certains desdits messages.

Conclusion personnelle et provisoire : si la stratégie des islamistes consiste à nous élever contre leurs délires, ils pourraient bien y parvenir. Sans doute sortent-ils aujourd’hui de leur concept de taqiya (prudence, dissimulation stratégique) parce qu’ils nous sentent faibles. Dans ce cas, il convient de nous montrer fort et de les taire, si et à chaque fois que nous ressentons qu’ils dépassent les bornes. Sinon, ils les dépasseront vraiment.

- Il s’agit d’une rébellion contre l’état français : une étude citée dans le Washinton Post du 24 août indique que de nombreuses femmes porteraient le voile pour indiquer leur rébellion contre l’état français. On me dit également que les ventes de burkini ont triplé depuis le début de ce débat.

Elément de réponse : le même Washington Post cite un dénommé Rachid Nekkaz qui aurait payé plus de 245 000 euros d’amende pour les femmes verbalisées au titre du niqab. Je ne doute pas qu’il s’agisse d’un grand défenseur de la liberté féminine…

Conclusion personnelle et provisoire : se rebeller contre l’état est une réaction bien française, inscrite dans nos gènes, l’une de nos fiertés. Mais il ne s’agit pas ici d’une rébellion contre l’état, il s’agit plutôt d’une rébellion contre les valeurs défendues par les citoyens français, quelle que soit leur origine. Comment ne pas comprendre que certains de ces citoyens s’en offusquent ?

Fort de ces réflexions, je me porte rapidement sur l’évolution du burkini en France. Le ministère de l’intérieur estime que 2000 femmes se voilent actuellement en France (il s’agit des chiffres du niqab), une estimation que de nombreux spécialistes jugent trop haute. Quelque soit les chiffres, ils semblerait effectivement que le phénomène soit assez limité. S’il s’agissait réellement d’une prescription coranique, ne doutons pas un seul instant que le nombre serait plus élevé. Je ne m’en offusquerais d’ailleurs pas trop, fidèle au principe que chacun peut choisir sa religion dans notre république et qu’après tout, ça les regarde. S’il s’agit d’un rejet de notre culture, je deviens un peu moins compréhensif : le respect, tout comme la liberté, doit être partagé et j’aimerais pouvoir ne pas aimer l’Islam sans pour autant me poser la question de mon amitié pour la culture arabe. S’il s’agit d’un choix des femmes qui le portent, je le trouve très laid, tout comme les scapulettes. S’il ne s’agit pas d’un choix, il ne faut pas accepter que des hommes puissent, chez nous, traiter leurs femmes de cette façon.

Conclusion personnelle, et presque définitive cette fois :

Je me trouvais récemment dans un restaurant avec un vieil ami qui tenait depuis quelque temps à me voir m’exprimer sur l’interdiction du burkini sur les plages de Cannes. Sachant que mon discours, quel qu’il soit, pouvait mener à un conflit qu’il recherchait (l’ami en question n’aimant rien plus que vaincre, dusse-t-il dans ce but redéfinir sans cesse chacun des termes de son argumentation afin de mieux tromper son adversaire), je tentais l’esquive en expliquant que, dans le cadre de Cannes, suite aux événements de Nice, dans le contexte du débat actuel sur l’islam, et prenant en considération l’élément de la liberté des femmes, je pouvais peut-être concevoir le raisonnement du maire de Cannes et ne me joindrai donc pas à l’hallali contre sa décision. Lâche jusqu’au bout, j’allais expliquer qu’il me fallait cependant un peu plus de temps pour établir mon jugement sur ce point et que je n’hésiterai donc pas à critiquer la position de monsieur David Lisnard si mes conclusions …

Il ne m’en laissât pas le temps.

Immédiatement rangé dans le clan des « racistes » et des « bigots » (je le cite), toute argumentation supplémentaire de ma part serait jugée à juste titre (du moins dans l’esprit de mon adversaire soudain), comme irrecevable car provenant d’un suppôt du fascisme et sans doute du diable. Spécialiste momentané de l’islam (il lit Le Monde) mon ami me fustigeait sur mon incompréhension totale du monde arabe (j’y ai vécu douze ans) et me sommait de réviser mes connaissances sur le Coran (que je peux encore lire en arabe, bien que plus lentement qu’il y a 15 ans).

J’avoue que j’ai perdu un ami ce soir là et je suis donc sorti du restaurant. Je risque aujourd’hui d’en perdre d’autres en proposant les conclusions suivantes :

-       Je ne dois pas pouvoir juger autrui en raison de sa foi, mais le dénommé « autrui » ne peut me l’imposer dans son discours ou dans ses actes.

-       Les siècles douloureux de mon Histoire sont des souillures dont mes ancêtres on su se libérer progressivement, et je les respecte et les remercie pour ce qu’ils en ont fait.

-       Le corps de la femme est sacré, tel celui de l’homme, et aucune religion abrahamique ne l’a jamais considéré autrement que comme l’instrument du péché.

-       On ne peut à la fois défendre la liberté des femmes et accepter que certains exigent qu’elles se couvrent de draps.

-       L’islam n’est une religion de tolérance que dans le contexte de la taqiya (la prudence), son but déclaré est bel et bien de convertir le monde.

-       J’emmerde ceux qui jouent aux Chamberlain comme j’emmerde ceux qui ont créé l’insondable banqueroute d’une région du monde qui n’en demandait pas tant pour son pétrole. J’emmerde enfin tous les barbus qui se la pète (littéralement) chez nous et puis ailleurs.

Oserais-je citer Manuel Valls, interviewé dans La Provence du 17 août dernier ?  » le burkini n’est pas une nouvelle gamme de maillots de bains, une mode, c’est la traduction d’un projet politique, d’une contre société, fondée notamment sur l’asservissement de la femme ». Une fois n’est pas coutume, je pense qu’il a raison.

Alors, esprit de Churchill ou bien de Chamberlain ? Faut-il se taire, accepter, se coucher, laisser faire, ce qui revient à accepter toutes les provocations d’une idéologie néfaste ? Ou faut-il plutôt se rendre aux barricades et nous défendre contre l’envahisseur, pourchasser l’ennemi ? Dans les deux cas, les extrémistes auront gagné. Mais si nous choisissons de nous taire aujourd’hui, demain, nous serons bien aux barricades. Si nous acceptons tout et n’importe quoi maintenant, les rats de la haine nous dévoreront bientôt.

Non, la France n’est pas devenue hystérique, elle ne fait que réagir comme elle le fait depuis longtemps : en réfléchissant (un peu), en râlant (beaucoup) et en retournant prendre un pastis avec les copains (ou une limonade si les copains sont musulmans). Je la trouve même sereine face aux quelques désastres qu’elle vient de vivre et les rues de Paris semblent heureuses en ces journées de canicule. Oui, nous devons pouvoir discuter du burkini, librement, être pour, être contre, et pour toutes sortes de raisons ; tant que l’un d’entre nous n’est pas traité par l’autre de raciste bigot, de fasciste islamophobe ou d’islamo-gauchiste. C’est dans ce premier discours que la haine commence et ce discours est terrible en ce qu’il évite toute raison, qu’il détruit tout entendement.

Et si un jour les barricades se lèvent, je sais bien de quel côté, alors, je me rangerai : celui des femmes libres et du monde serein dans lequel elles purent vivre pendant quelques années, depuis la nuit des temps, années que j’ai connues.

 

53 % !

Ouf …. C’est fini et on va pouvoir parler d’autre chose.
La vie est belle. Il faut maintenant qu’elle le devienne pour tous.

A Clémentine Autain

Réponse à Clémentine Autain, laissé sur son blog en réponse à son article anti-sarko, en attente de modération à l’heure où je vous parle :

http://clementineautain.fr/2007/04/27/renvoyer-sarkozy-a-neuilly/

« Pauvre Clémentine, si effrayée par ce que l’on raconte au PS sur Sarkozy… et qui le croit !

Quand donc arréterez-vous de vous gargariser d’idées creuses et quand vous autorisez-vous à réfléchir par vous-même plutôt que de répandre le fiel bien pensant d’une pensée moribonde ?

Ségolène Royale gagnera peut être, mais vous n’y gagnerez rien.
Je n’aime pas particulièrement le petit Nicolas, mais Ségolène est un leurre. Et vous le savez ! Vous qui n’avez cessé de la conspuer lors de la campagne pour le premier tour.

Vous voulez un vote anti-sarkozy ? Soit ! Mais quel est ce vote qui se remplit de haine plutôt que de projets ? De rumeurs plutôt que de critiques ?

Critiquez, il le faut ; avec le Nicolas plus qu’avec tout autre ! Mais ne vous laissez pas enfoncer par d’impossibles bravitudes, par les abysses plates d’un Royalisme vide.

Si vous y croyez, alors, je vous souhaite le succès. Mais je sais qu’il ne sera pas une victoire. »

Et maintenant, le spam !

Je reçois sur ma boite mail le texte suivant :

« Bonjour,

Je t’écris pour te parler du programme de Ségolène Royal, et en particulier du Pilier numéro 2 du Pacte présidentiel : « Améliorer le pouvoir d’achat ». Ce thème est au coeur de son projet, et il va certainement t’intéresser.

Face à la vie chère, aux salaires qui stagnent, à la crise du logement, Ségolène Royal veut permettre l’accès à un logement de qualité, revaloriser les retraites, les salaires et les minimas sociaux. Comment? En utilisant des indices de prix qui tiennent compte de la réalité des dépenses des ménages.

Et ce n’est pas tout : Ségolène Royal s’engage à créér 120 000 logements sociaux par an et à mettre en place un bouclier-logement qui limite les dépenses de location pour les foyers modestes.

Si près du premier tour, si tu n’as pas encore fait ton choix, il faut absolument que tu prennes connaissance du programme de Ségolène Royal! Tu pourras lire l’intégralité du Pacte sur …. »

Non, je ne ferai pas de publicité pour ce site de Ségolène Royale qui ose utiliser le spam pour faire sa promotion !!

Le mail est signée Mathieu sur une adresse mail sego07@yahoo.fr et il s’agit d’un envoi automatique auquel on ne peut évidemment pas répondre.

Je trouve absolument scandaleux que l’on puisse se permettre d’utiliser la technique du spam pour faire ce genre de propagande et ne suis pas étonné de voir d’où vient cette fumisterie, évidemment illégale.

Je ne sais pas s’il existe un moyen de propager cette information, mais si vous avez des idées, je suis preneur.

Dailymotion et La vraie Ségolène

A l’heure où j’écris ceci, 1 706 320 internautes ont vu la vidéo « Le Vrai Sarkozy » sur dailymotion.com. Rassurez-vous, je ne commenterai pas cette vidéo ; sa réthorique est simple : Sarkozy est un horrible fasciste, ultra-libéraliste, démagogue, populiste, etc..

Non, le plus drôle est que, comme il fallait s’y attendre, une vidéo est sortie en réponse, justement intitulée « La vraie Ségolène ». Or, cette vidéo a été vue seulement 30 862 fois. Cela voudrait-il dire que Ségolène intéresse moins que Sarkozy dans un rapport de 1 à 50 ? Ou qu’on l’aime tellement notre Ségo, qu’on n’a pas envie de la voir critiquée ?

Pas du tout ! Mais un petit malin a utilisé le filtre de moralité de dailymotion pour en limiter l’accessibilité. Comment ? Tout simplement en cliquant sur le bouton « cette vidéo peut offenser ». Du coup, au lieu de la bonne tête de Ségo en train de dire des âneries, on tombe sur cet avis : « Des membres de dailymotion ont signalé ce contenu comme réservé aux adultes, vous devez être inscrit, connecté et majeur pour pouvoir y accéder ».

Je me suis donc inscrit (c’est long) et j’ai regardé la vidéo. Moi, j’espérais quelque chose de torride (Hollande et Ségo en tenue latex par exemple !) ou un truc carrément gore (Ségo dévorant Sarko lors d’une élection quelconque). Eh bien rien ! Je n’ai rien vu ! Pour tout dire, ça m’a paru plus soft que la vidéo sur Sarkozy.

Quelqu’un a donc « censuré » la vidéo de Ségolène.

Je trouve le procédé lamentable. C’est tout. Et je voulais le signaler.

Les liens :
Pour Sarko :

Pour Ségo :

http://www.dailymotion.com/video/x13wq8_la-vraie-segolene

Joffrin m’énerve

Le week-end aurait dû commencer tranquillement : sans envie, sans idée, aussi nul qu’un week-end de printemps quand le printemps est reparti. Et puis je lis l’éditorial de Laurent Joffrin sur Libération.fr (1).

Je ne connais pas personnellement Laurent Joffrin, et c’est sans doute un type très bien, mais je connais son système de pensée. Vous me direz qu’il est difficile de connaître la pensée de quelqu’un sans connaître le dit quelqu’un, mais Laurent Joffrin fait profession de journalisme, ce qui expose au risque d’être réduit à une idée par la plupart des gens. Donc, je connais un peu les idées de Laurent Joffrin par ce qu’il en écrit et ce que j’en lis ce matin me mets de mauvaise humeur. Or j’aime partager mes mauvaises humeurs des samedis de mauvais printemps.

L’article porte le titre de « Torse bombé » et c’est du torse de Nicolas Sarkozy qu’il s’agit. L’idée de Joffrin, faite sans doute pour rassurer les forces de gauche et leur donner un peu de courage avant la lutte finale, est que deux événements récents marquent un tournant dans la campagne pour les présidentielles (un tournant que l’on subodore positif pour la gauche) et que ces deux événements vont miner la suprématie du candidat Sarkozy. Pour Joffrin, les incidents de la rue Rampal « une école comme décor de la chasse aux sans-papiers » et ceux de la Gare du Nord « une interprétation musclée qui tourne à la bagarre générale » sont des pièges dans lesquels ne tomberont pas. »les défenseurs des libertés publiques » que sont les électeurs et les élus de gauche

D’habitude, nous dit Joffrin, la réponse de « défenseur de l’ordre » contre « les délinquants et les fraudeurs », faite par Sarkozy à ce genre d’événements, est trop rapidement vilipendée par la gauche qui se retrouve en retour accusée de laxisme. Mais cette fois-ci, les choses sont d’après lui très différentes : le discours de gauche a « appris à (s’) équilibrer entre tradition d’ouverture et fermeté légale, entre prévention et sanction ». L’opinion qui plus est « sent qu’une politique qui encadre les libertés mais libère le marché va au rebours de ses préoccupations » (habituel refrain).

Joffrin n’a pas oublié de noter au passage que les « atteintes aux personnes sont plus nombreuses que jamais », ce qui est évidemment du ressort direct de notre ex Ministre de l’Intérieur et je présume que la conclusion de Joffrin sur la responsabilité de Sarkozy aurait été la même si Sarkozy avait été Ministre de l’Education Nationale (« un système d’exclusion »), ministre des Finances (« une économie libérale et mondialiste »), et pourquoi pas Ministre de l’Identité Nationale, des Postes ou de l’Agriculture (il aurait bien trouvé quelque chose, non ?).

- Non, Monsieur Joffrin, le discours de gauche n’a pas changé. Rien ne pourra le changer en l’état actuel des choses. Madame Royale et consorts continueront, avec votre appui, à nous rabacher les mêmes idées nocives qu’on nous rabachent depuis des lustres. A nous faire croire que le social crêt la richesse lorsque c’est bien la richesse qui permet le social. A nous faire estimer que c’est la sanction qui crêt le crime, alors que ce n’est que la lâcheté qui l’encourage. A nous faire penser que les lois sur l’immigration sont des lois d’exclusion lorsque des immigrés eux-mêmes ne veulent pas s’intégrer. A nous faire admettre que l’état seul peut gérer nos futurs, lorsqu’il y a failli depuis bientôt trente ans. Tiraillée entre une extrême-gauche imbécile et dangereuse, un centre indéfini et son désir de pouvoir absolu, Madame Royale continuerait, si elle était élue, à appliquer les rites archaïques d’un PS moribond. Et ce n’est pas une « démocratie participative » ou des énièmes républiques qui l’en empêcheront, car ce ne sont que des mots vides et creux pour nourrir une campagne affligeante.

Le peuple de gauche lui-même ne s’y trompe pas puisque, pour la première fois depuis longtemps, il ne va pas sans doute pas voter comme un seul homme « par fidélité ». Je le lui souhaite. Nous avons besoin d’une gauche intelligente et forte, capable de relever les défis nouveaux comme l’ont fait certaines gauches ailleurs. Mais le PS en France s’arc-boutera toujours sur les défis anciens, ressassant à plus soif les mêmes inepties.

Sauf s’il perd les élections prochaines ! Ce que je lui souhaite infiniment. Alors peut-être y aura-t’il quelqu’un qui, de son sein, arrêtera cette gigantesque fumisterie de cette gauche faite toute entière d’une « exception française » qui fait rire partout, quelqu’un qui nous offrira enfin une gauche avec laquelle on peut discuter autrement qu’en écoutant ses invectives, ses insultes et (excusez-moi du terme) ses conneries.

- Non, Monsieur Joffrin, l’insécurité n’a pas augmenté depuis que Monsieur Sarkozy est à l’intérieur. Elle a diminué, mais de nouvelles violences sont apparues et je vous en tiens pour responsable. Il est plus facile de pleurer sur le sort du délinquant, pauvre perdant d’une société immonde, victime indiscutée d’un horrible système, que de chercher des solutions viables. On vous entend crier sans cesse sur le drame existentiel de ces jeunes délinquants (expression qui devient presque un pléonasme de droite, si l’on vous écoutait), sans proposer autre chose que des solutions vagues, inadaptées, ou carrément dangereuses. Vous n’aimez pas les jeunes, vous les utilisez pour argumenter votre discours contre la droite. Vous ne défendez pas la réinsertion des délinquants, vous défendez leur haine de vos ennemis. Vous ne proposez pas de leur offrir une formation véritable, mais des contrats bidons, financés on ne sait plus comment, à coups de 500 000 par ci et de 100 000 par là. Le travail ne se décrète pas, il se crêt. Par une économie sereine, par la confiance à moyen terme, par la vision à plus long terme.

- Non, Monsieur Joffrin, les incidents de la rue Rampal ne peuvent êtres limités au fait que l’on ai choisi « une école comme décor de la chasse aux sans papiers ». Admettons même que le cadre ait été mal choisi, l’expression que vous utilisez est un mensonge. Il ne s’agit pas de chasse aux sans papiers, il s’agit d’application de la loi républicaine. Que cette loi soit imparfaite, c’est possible, et même probable. Qu’elle se soit mal appliquée rue Rampal, je suis prêt à l’admettre. Mais ce n’est pas en soufflant sur la braise que vous pourrez résoudre les cas très dramatiques qui en découlent, c’est en faisant vous-même l’analyse profonde des fondements de cette loi, en réfléchissant aux conséquences des politiques d’immigration à l’emporte-pièce des gouvernements de gauche et de droite en France. Tout et n’importe quoi, surtout n’importe comment, c’est-à-dire sans se poser la question de l’après. « Venez, venez, chers immigrés, soyez français, la France est votre pays et nous, gens de gauche, nous saurons vous défendre contre l’horrible loi libérale, disciplinaire, sécuritaire et mondialiste de l’affreux Monsieur Sarkozy ». C’est un peu court. L’affreux Sarkozy propose quant à lui deux ou trois choses indiscutables, comme le fait que l’on parle un peu de français lorsque l’on est français, que l’on en accepte les lois et puis qu’on les défende et que dès lors, sans préjuger de la race, de la couleur ou de la religion, l’on profite de tous les avantages qu’offre notre pays.Ce n’est peut-être pas la panacée, mais on peut au moins discuter sur ces bases, pas sur les vôtres, puisqu’elles n’existent pas.

- Non, Monsieur Joffrin, les incidents de la Gare du Nord ne consistent pas en « une intervention musclée qui tourne à une bagarre générale » mais en l’application du droit tourné en ridicule par une meute qui vous a trop souvent écouté. Avez-vous lu la déposition de Monsieur Hoekelet (1) ? Le pauvre homme aurait jeté son ticket après l’avoir composté, procédure que vous jugerez sans doute normale malgré l’obligation, écrite partout dans les couloirs du métro, de pouvoir présenter son billet lors d’un contrôle. Une obligation que les quelques centaines de milliers de passagers quotidiens ne considèrent pas d’habitude comme essentiellement terrifiante ou autoritaire. Passons sur le fait que Monsieur Hoekelet n’aime pas que l’on se rapproche de son front et que, mis en présence de cette situation sans doute très insultante, il « bouche une oreille » de l’impétrant. Normal, me direz-vous, on a tous notre honneur. Passons également sur le fait que Monsieur Hoekelet devait se rendre la veille à une convocation du Tribunal d’Aix-en-Provence pour une affaire d’outrage à magistrat et que ces salopards de contrôleurs n’ont « pas voulu (le) laisser prendre le train sans billet », l’empêchant ainsi de remplir convenablement ses devoirs de très bon citoyen.

Non, le vrai débat est celui de la réaction de la foule devant l’interpellation de Monsieur Hoekelet, une réaction stimulée, encouragée, par des articles comme le vôtre et par l’affreuse bêtise de la gauche française. Je crois que vous avez toujours considéré toute action de la police qui dépasse la réponse à une demande de direction sur la carte comme outrepassant largement le rôle que vous aimeriez lui voir jouer. La police, n’est-ce pas, c’est un corps chargé du bien être du citoyen, de son bonheur. Dans un monde parfait, elle pourrait effectivement vaquer à quelques activités très anodines. Mais, quoi que vous en disiez, les délinquants existent, ils ne sont pas que des victimes et lorsqu’ils vont vous « boucher une oreille », même si vous n’êtes pas policier ou contrôleur de la RATP, vous tentez de les en empêcher. J’aurais dû dire « sauf » si vous êtes policier ou contrôleur de la RATP, car personne ne songerait à se révolter devant un voyageur qui se défend devant deux agresseurs, même s’il en assomme un et qu’il casse le bras de l’autre (je le sais, c’était moi, il y a quelques années), mais si les mêmes agresseurs sont seulement questionnés par quelque policier, alors la foule s’empresse grâce à vous d’intervenir contre ces tortionnaires front-nationalesques. Ne trouvez-vous pas qu’il y a quelque chose de malsain à considérer que faire sa propre loi est plus acceptable que de recourir aux forces de l’ordre ? C’est en tout cas votre opinion à chaque fois qu’intervient un gendarme et cette opinion est totalement irresponsable.

Je n’irai pas plus loin. J’ai un week-end qu’il faut gérer et je ne crois pas que Laurent Joffrin soit apte à le rendre agréable, ou même intéressant.

(1) http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/244420.FR.php
(2) http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-890084,0.html

Royal, ce coup de la Marseillaise !

Notre Ségolène-qui-se-voudrait-nationale défend donc (à Marseille) l’idée que chaque français possède son drapeau bleu, blanc, rouge et connaisse la Marseillaise. Ça c’est de l’identité nationale !

Je n’ai rien contre, remarquez, mais qu’elle se mette à défendre un texte qui, dans son paragraphe 3 lance ce très politiquement incorrect :

« Quoi ! Des cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers ! »

Figurez-vous que ça m’amuse un peu…

Pour rigoler, il y a aussi ça :

« Sous nos drapeaux que la Victoire
Accoure à tes mâles accents ! » (§6)

Ou ça :

« Et la bande des émigrés
Faisant la guerre aux Sans-Culottes …
Vainement leur espoir se fonde
Sur le fanatisme irrité » (§ 11)

Et pour finir, ce magnifique Couplet des Enfants :

« Nous entrerons dans la carrière,
Quand nos aînés n’y seront plus ;
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus »
(C’est le rougeot de Lille* qui va être content…)

Elle a raison, Ségolène, il va falloir une sérieuse explication de texte pour faire passer tout ça.

Allez Ségo, t’inquiète pas, dans un mois environ, t’auras enfin le droit de ne plus dire n’importe quoi.

Ah, ça ira, ça ira …

* Pierre Mauroy, bien sûr

Vous n’allez pas voter Bayrou quand même ?

Je gisais ce matin par deux mêtres de fond, fidèle à mon statut de mollusque gastéropode prosobranche (famille des haliotoidae), collé sur mon rocher par de sombres pensées sur la nature de l’être et profitant du courant de la marée montante, lorsque ma voisine, cette chère Madame Ostrea, eut l’huitrecuidance de m’extraire des songes.

- Vous n’allez pas voter Bayrou quand même ?

Faisant partie de ceux qui savent plus ou moins ce qu’ils feront mais ne le disent pas trop (par crainte d’avoir à engager une discussion houleuse sur le sujet), je tentais une réponse évasive :

- Ce n’est pas impossible, je n’en suis pas certain, peut-être…
- Mais vous ne vous rendez pas compte !
- De quoi ?
- Ce gars-là est une illusion, une chimère, et puis, il ne passera jamais au deuxième tour !

Je ne voyais pas très bien en quoi l’éventualité d’un échec au deuxième tour disqualifiait irrémédiablement dès le premier, mais, n’ayant toujours pas envie d’aller trop loin sur le sujet, rétorquais un :

- Vous avez sans doute raison.

Ma cause était perdue d’avance, dans ces périodes de décisions démocratiques, n’être pas pour quelqu’un c’est faire le jeu de l’adversaire de l’autre et le silence est une trahison lorsque tous vocifèrent.

- Ecoutez-moi, Halio, de deux choses l’une, soit vous voulez le changement, soit vous ne le voulez pas, mais dans tous les cas, Bayrou n’est pas la solution.
- Et comment cela est-il possible ? Dans tout système logique on ne peut à la fois être et ne pas être…
- Si vous voulez le changement, Sègo est le seul choix possible. Elle seule incarne les réformes, elle seule peut les mener à bien. C’est une force nouvelle, un espoir pour le chenal tout entier. Elle le dit et le répète : « les électeurs ont besoin que je leur apporte la preuve obstinée, permanente, acharnée que c’est moi qui, non seulement incarne le changement, mais qui le réaliserai ». Et croyez-moi, elle le fera.
- Et de quels changements s’agit-il ?
- L’emploi, la sécurité, la famille, l’école, tout se tient, dit-elle. Elle veut redonner vie au système politique, revenir au principe de responsabilité…
- Tout ça me paraît très correct, mais concrètement ?
- Elle seule peut « refuser l’accaparement par la droite de tous les leviers de décisions et … s’opposer aux politiques de démantèlement de l’état et de la protection sociale avec sa fin programmée des impôts directs » (1).
- C’est bien. Mais je sens dans votre discours comme des remugles de l’ancien socialisme. Or vous m’affirmiez l’autre jour que votre chère Ségo veut justement se démarquer des vieux réflexes, « redonner vie au système politique » venez-vous de me dire. Si son programme, ou pire, celui de ses électeurs (car elle ne gouvernera pas sans eux) en reste à ce genre de banalités trop rabachées, j’ai peur que nous n’allions pas vraiment vers un quelconque renouveau. J’ai même peur que nous ne retombions rapidement dans ce vieux socialisme dont les plus purs d’entre vous semble eux-mêmes vouloir s’écarter. Non Madame Ostrea, je ne crois pas que votre Ségo soit en mesure d’apporter un changement véritable et je sais qu’avec elle nous continuerons ce mouvement de balancier gauche-droite-gauche-droite qui, depuis un certain mois de mai 1981, fait que nous n’avançons plus. En plus, elle n’est même pas jolie et parle comme un bernard-l’hermite, avec une coquille dure, plein de scritch-scritch, et ça ne remue que du sable.

J’allais continuer dans une diatribe un tant soit peu violente contre cette représentante de babord (autant par conviction que pour avoir enfin la paix), lorsque Madame Saint-Jacques s’annonça par quelques claquements de valve.

- Clac, clac, clac. Excusez-moi de vous interrompre, je me suis permis de suivre votre conversation d’un peu loin (le son porte très bien sous l’eau) et je me sens obligée d’intervenir : le seul vrai changement possible, c’est le grand Nico !

Madame Ostrea n’aimant pas Madame Saint-Jacques, qu’elle considère comme volage et trop bavarde, (je crois sutout qu’elle est un peu jalouse de ses allures de grande dame) retourna donc dans sa coquille pour rêver d’une vie largement plus perlière. Quant’à Madame Saint-Jacques, qui se croit d’une vieille famille bretonne, elle se mit à me claqueter plein de choses sur son très cher Nico :

- Bayrou, mais vous n’y pensez-pas ! Il ne pourra jamais rassembler de quoi réaliser ce qu’il annonce. Et d’ailleurs, il n’annonce que du flou. Non, croyez-moi, seul le grand Nico peut nous sortir de cette valse en deux temps que vous semblez critiquer.
- Et comment donc ?
- Lui seul propose un plan viable, possède l’autorité pour le réaliser. Lui seul veut sortir des logiques de clans, et nous hisser hors du trou. Libéral ? Oui, mais humain. De droite ? Oui, mais pas de cette droite vieillotte et ridicule arc-boutée sur ses petits privilèges de captitalistes repus…
- Ah, j’avais plutôt l’impression que c’est à gauche qu’on s’arc-boute sur les privilèges et les acquis…
- Ne m’interrompez-pas, voulez-vous ! Nico, c’est jeune, c’est intelligent, c’est dynamique, c’est fort, c’est honnête. Etudiez-bien toutes ses propositions…
- Je reconnais qu’elles semblent véritables…
- Pas seulement véritables : efficaces ! Avec Nico, ça marchera. D’ailleurs, il le dit.

Je remarquais chez la dame un peu de cette passion fébrile qu’on certaines femmes pour les très grands héros mais notais tout du moins mon accord sur l’ensemble des points.

- Il semble en effet qu’il soit le mieux plaçé…
- Ah, vous voyez, un peu de raison vous remet vite dans le droit chenal. Ce n’est pas comme Madame Ostrea et son QI d’huitre : quels que soient les errements de Ségo, elle gardera sa foi.
- Fides et Ratio
- Comment ?
- Non, rien, je pensais à la foi et à la raison. Aucun rapport.
- Ah bon. Non mais regardez-la l’Ostrea ! Fermée ! Ah, l’immobilisme des huitres !

Malgré les arguments de Madame Saint-Jacques, je sentais bien que je n’avais pas très envie de vivre dans un chenal aussi propret et bien en ordre qu’un trottoir de Neuilly. Et puis j’aurais surtout aimé que tout cela s’arrête. Mais, décidemment, ce n’était pas mon jour…

Gai-Luron, notre canard préféré, qui daigne parfois se poser dans le coin et nous nourrir de sa grande expérience des océans, vint me troubler encore :

- Ecoutez Halio, « il me semble que Bayrou a un certain nombre d’atouts (…) ; néanmoins, sans vouloir le ramener aux abîmes incantatoires de Royal, je crains qu’il n’ait que des principes et des “valeurs” à proposer, mais pas de système cohérent ; il affiche clairement son engagement européen, mais il ne l’articule jamais de façon cohérente à ses propositions pour la France et ne délimite jamais ce qui relève du domaine de compétences de la france, et ce qui relève de l’Europe.?Il fut un exécrable ministre de l’éducation, ce qu’il ne faut jamais oublier… Enfin, est-il si honnête que cela ? J’en doute de plus en plus quand on voit par exemple qu’il est l’homme politique qui a, en janvier et février bénéficié du plus grand temps de parole de tous les candidats, tout en expliquant que les média ne s’intéressaient pas à lui… A méditer. » (2)

Il m’énerve un peu celui-là avec son nez en l’air, mais je l’aime bien et il avait raison le bougre.

Vous savez quoi, je vais voter Churchill … Ou bien reprendre ma énième lecture de Voltaire.

(1) http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=20241
(2) http://presqueriensurpresquetout.unblog.fr/ « De Chirac à Bayrou : quand le rad-soc se réincarne dans le soc-dém-lib. » (Commentaire N°10)

Le ministère nécessaire de Monsieur Sarkozy

Pour quelques raisons que certains qualifieraient de floues, je ne suis pas sarkoziste, pour d’autres raisons, que je qualifierais de raisonnables, je n’aime pas le parti socialiste français. Je fais donc partie de ce nombre indécis d’indécis pour qui Bayrou représente une possibilité plutôt viable. Quant à ma position vis-à-vis du Front National, elle a du moins le mérite d’être tranchée : je n’aime pas ces gens-là, le populisme de leur chef ni l’archaïsme de leurs idées xénophobes.

Cette note personnelle me permettra je l’espère d’éviter tout du moins un reproche : celui d’un quelconque aveuglement pro-sarkoziste et certains de mes méfaits littéraires, disponibles sur ce blog, conforteront les plus réticents sur le fait que je ne suis pas un raciste primaire.

Mais lorsque j’entends Messieurs Bayrou, Hollande et tous les autres lever cet incroyable tollé sur la proposition d’un Ministère de l’Identité Nationale et de l’Immigration, faite par Monsieur Sarkozy jeudi soir devant les caméras de France 2, je ne peux que réagir et faire appel au peu de bon sens qui me reste.

Ecoutons-les rapidement :

- Monsieur François Bayrou : « Que l’on ait un Ministère de l’Immigration, pourquoi pas. Mais enfermer dans la même phrase immigration et identité nationale, il y a là une frontière franchie »
- Madame Marie-George Buffet : « Réveiller ainsi l’époque de Vichy pour mieux donner des gages aux thèses xénophobes et racistes du Front national est indigne d’un candidat républicain à l’élection présidentielle »
- Monsieur François Hollande : « Je crains vraiment que dans cette campagne, Nicolas Sarkozy soit dans un flirt poussé avec les thèses du Front national », « s’il s’agit de contrôler les flux migratoires, le ministère de l’Intérieur y suffit. S’il s’agit d’assurer l’intégration, le ministère du Travail qui est responsable de la population y suffit »
- Madame Ségolène Royal : « Je trouve assez ignoble de faire cet amalgame entre l’identité française et les travailleurs immigrés, étrangers qui viennent ici pour contribuer à la croissance économique et qui, je le rappelle quand même, viennent à la demande des entreprises »
- Monsieur Jacques Lang : Tiens, je ne l’ai pas entendu celui-là, étonnant !
- Monsieur Faouzi Lamdaoui, secrétaire national à l’Egalité du PS : la proposition de créer ce nouveau ministère « stigmatise l’immigration comme une menace pour la culture française »
- Monsieur Mouloud Aounit, Président du MRAP : Nicolas Sarkozy « menace la cohésion nationale », il « libère la parole et l’idéologie racistes, il menace gravement la cohésion nationale, il fait ainsi un choix de société, celui du rejet de l’autre, dans une logique de division incendiaire »
- etc…

« Bon appétit, Messieurs ! », dirait Ruy Blas devant ces grands « intègres », devant ces « morsures d’affamés sur un vaisseau perdu » (1).

Car de quoi s’agit-il ? Monsieur Sarkozy s’en explique lui-même, laissons le donc parler un court instant :

« La France, ce n’est pas une race, la France ce n’est pas une ethnie. La France, c’est tous les hommes qui l’aiment, qui sont prêts à défendre ses idées, ses valeurs, à se battre pour elle. »
« A ceux qui veulent vivre en France, nous voulons offrir la fierté d’être Français. »
Et puis ce fulgurant :
« Comment voulez-vous faire de l’intégration sans parler de qui nous sommes !? »

Le débat est posé, répondons-y.

Et commençons par une définition, celle de l’identité nationale. Dans un ouvrage publié en 2004 chez Odile Jacob (2), Samuel Huttington la définit comme « le sentiment de lui-même éprouvé par un individu ou un groupe ». L’identité résulte de la conscience de soi, dit-il, du sentiment de constituer une entité individuelle ou collective. Cette conscience peut être plus ou moins « salliante » en fonction de l’importance que l’individu ou le groupe accorde à cette identité et dépend largement de la « substance » de cette identité, c’est-à-dire de ce que l’individu ou le groupe possède en propre ou en commun et qui le différencie des autres individus et des autres peuples. J’adhère à cette définition.

La France possède une identité propre, n’en déplaise à certains. Cette identité se fonde sur certaines « valeurs » que sont les notions de démocratie, de liberté, d’égalité, de fraternité (Ségolène, jamais à court d’une « bravitude », parle quant à elle de « sororité » !) et de laïcité. « L’identité française n’est pas un gros mot », dit Monsieur Sarkozy, je n’en vois pas dans cette définition.

Ajoutons que la France a cette noble attitude de se considérer comme un pays d’accueil et qu’elle en fait part intégrante de son identité. La France, donc, ne se définit jamais comme une « race », une « ethnie », et encore moins comme une « religion ».

On entend parfois dire que ces valeurs sont universelles ; elle le sont dans ce sens qu’elles devraient sans doute l’être. Mais reconnaissons que ce n’est pas le cas et je ne crois pas qu’un être humain sur dix puisse se targuer d’en bénéficier sereinement. C’est peut-être pourquoi nous attirons effectivement plus d’immigrés que d’autres, la Sécurité Sociale et les Assedic ne pouvant justifier à eux seuls cet engouement général pour notre beau pays.

Je mettrai notre langue dans le tronc commun de nos trésors. L’idée que les Français, y compris immigrés, parlent français, ne me paraît pas absurde et je note sur ce point que les Etats-Unis ont adopté par deux amendements datés de 2006 (l’un républicain, l’autre démocrate) le fait que la langue anglaise était une langue « nationale » (amendement républicain), « commune et unificatrice » (amendement démocrate). Cette unanimité pleine de nuances a pour avantage de nous signifier que la langue commune est bien un élément unificateur, un facteur d’identité.

« Comment voulez-vous faire de l’intégration sans parler de qui nous sommes », dit Monsieur Sarkozy. Si sa définition du « qui nous sommes » est semblable à la mienne (et je crois pouvoir dire qu’elle en est proche) je ne vois pas en quoi l’on peut la taxer de « raciste » ou de « xénophobe ». Je ne vois pas en quoi il stigmatise un soi-disant « rejet de l’autre ».

Voici pour la « substance ».

Dans le contexte de la mondialisation, je crois plus que jamais nécessaire de définir sans cesse sa propre identité. Non qu’il faille rejeter la mondialisation (on ne le peut tout simplement pas !), mais parce que nous éprouvons tous une certaine « salliance » pour cette identité et que sa perte risquerait de nous mener vers des affres très peu recommandables.

Je ne sais pas s’il faut un ministère pour cela, mais je ne vois pas qui d’autre que l’état pourrait assurer la mission de cohésion nécessaire à cette définition. Va, donc, pour un Ministère de l’Identité Nationale.

Faut-il un Ministère de l’Immigration ?

Monsieur François Hollande répond évidemment de travers lorsqu’il annonce « S’il s’agit de contrôler les flux migratoires, le ministère de l’Intérieur y suffit. S’il s’agit d’assurer l’intégration, le ministère du Travail qui est responsable de la population y suffit ». Car c’est de cette façon justement que l’on réduit le phénomène de l’immigration à celui de « flux migratoires » et de « main d’œuvre ». Le MRAP devrait réagir ! Quant à réduire la responsabilité de la population à la responsabilité du travail, c’est un peu limitatif et rappelle un peu trop le marxisme de base, mais passons, c’est un autre sujet…

Quelle serait la fonction d’un tel ministère ?

« Tendre la main à l’immigré c’est prendre appui sur nos valeurs d’accueil, de droit du sol, de droit d’asile et de regroupement familial. C’est poursuivre le processus historique de francisation de la France, depuis les Francs, avec des apports multiples ». Cette phrase est de l’Humanité et date de 1996 (3). Je m’y rallie et note qu’elle correspond de près au discours que je suis en train de tenir. Les communistes réveillaient-ils alors « l’époque de Vichy » et ses « thèses xénophobes » ? Je ne le crois pas.

O tempora, O Mores.

Tendre la main, telle serait effectivement la fonction d’un ministère de l’immigration si l’on en concevait un selon les termes de notre identité nationale. Mais tendre la main en s’appuyant sur nos valeurs, en poursuivant le processus historique de francisation de la France, comme l’affirmaient autrefois nos amis communistes, c’est-à-dire en affirmant notre « identité nationale ».

Les deux ministères peuvent-ils être liés ?

Ils le doivent !

Dans un texte récent (« Barbares Extérieurs ») je défendais les thèses d’Arnold Toynbee et de William Durant selon lesquelles la civilisation occidentale bénéficie nécessairement de l’apport des autres cultures. Je plaçais cet apport sous le signe de l’intégration. Je n’avais que partiellement raison ou manquais de clarté, car il ne s’agit pas pour l’immigré de renier sa culture, mais bien d’accepter la nôtre. Ce n’est que par une approche cohérente, en phase avec les préceptes de notre identité, que l’on peut résoudre cette équation difficile et c’est à l’Etat, une fois de plus, d’assurer cette cohésion (il s’agit bien de « cohésion nationale » pourrait-on dire à Monsieur Mouloud Aounit), il en est seul capable.

Le lien entre les deux termes « est tout aussi nécessaire qu’opportun », ont justifié Rachida Dati et Xavier Bertrand, porte-parole de Monsieur Sarkozy dans un communiqué cités par le Nouvel Observateur (4). « Nous pensons, en effet, qu’il ne peut y avoir d’immigration réussie sans intégration, et pas d’intégration sans connaissance et respect des valeurs de la République française. »

Je soutiens totalement Monsieur Sarkozy sur ce point d’un « Ministère de l’Identité Nationale et de l’Immigration » qui répondrait idéalement à deux aspects d’une même problématique : la définition même de ce petit pourquoi on aime la France.

Ou alors j’ai rien compris…

(1) Victor Hugo – Ruy Blas : Acte III / Scène 2
(2) « Qui sommes-nous ? Identité nationale et choc des cultures »
Je renvoie sur cet ouvrage au résumé très complet fait par Augustin Jandon sur Polemia.com, résumé que je cite longuement dans ce post : http://www.polemia.com/contenu.php?cat_id=36&iddoc=1392
(3) http://www.humanite.presse.fr/journal/1996-12-10/1996-12-10-767104
(4) http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe

12



plaisanceflorent |
Enaland |
Blog Star Vintage |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Linguistique & Mobilisa...
| Les Anciens de l'ENI Zaghou...
| La solution comptable